[Je(u) vi(déo)#28] Quand Zelda a failli tuer ma fille

Nous sommes aux urgences de l’hôpital du coin et il est bientôt 20 heures, un samedi soir. Le pire est évité mais je me remémore un par un le fil des événements de cette journée, qui ont mené à cet accident où j’aurais pu perdre ma fille, en me disant chaque fois, « si j’avais pas fait ça, rien ne serait arrivé ». Et tout au bout de ce fil, il y a un jeu vidéo, et de plus est un jeu vidéo Legend of Zelda

Ca faisait cinq jours que j’avais ressorti The Legend of Zelda, the Wind Waker sur Game Cube, depuis le podcast des copains Octo et Huijo sur les jeux de l’été. J’ai pas de Switch, c’est juste que ça coûte un bras, et puis à trente-cinq ans passés, j’ai du mal à me projeter dans l’achat d’une nouvelle console de jeux. Mais comme moi aussi j’avais envie de me replonger dans Hyrule pour la saison chaude, j’ai ressorti mon stock de jeux rétro dans les cartons, vu qu’ils sont bons, je n’allais pas m’en priver. J’hésitais entre Wind Waker et Skyward Sword, peut-être que bien mal m’en a pris, comme vous allez le voir.


J’ai donc enchaîné de longues sessions de 3 à 4 heures d’affilée sur Wind Waker, en avalant les quêtes une par une, avec de vrais moments de bonheur, notamment lorsque le soleil se lève sous l’océan. En moins de cinq jours, j’étais presque à la fin. J’avais déjà mon rétrotest en tête pour le blog : on a là un jeu vieux de 15 ans qui n’a pas pris une ride, le premier Zelda du XXIe siècle, juste après les épisodes précurseurs sur Nintendo 64 ! Certes le jeu a des lacunes, on fait beaucoup d’allers-retours fatigants – et cela aura son importance par la suite – mais il est propre, impeccable même, et y rejouer en 2017 ne pose aucun problème. Il m’aurait d’ailleurs bien plu de voir la version WiiU en HD, j’en ai vu des vidéos comparatives saisissantes !

Mais Wind Waker c’est surtout cette « trahison » discutable de retrouver le personnage principal enfant… et vous allez voir que cette discussion n’est pas anodine non plus. Je dis « trahison » entre guillemets car à l’époque de la sortie du jeu, les joueurs ont hurlé au scandale, habitués qu’ils étaient à la version adulte de Link dans Ocarina of Time. Moi-même, profondément rebuté, j’ai attendu 5 ans avant d’essayer le jeu et n’y ai pas rejoué depuis 10 ans (ma sauvegarde de 2007 était encore là d’ailleurs). Après ce tollé, qu’il faut évidemment relativiser, on n’a plus jamais revu Link enfant dans un Zelda. Comme quoi ! Mais c’est ce qui donne à Wind Waker son charme unique, ce qui lui confère le statut d’œuvre à part. Vous me direz que d’une certaine manière, tout jeu Zelda est une œuvre à part. Mais Wind Waker restera pour beaucoup de joueurs le dernier Zelda de l’enfance avant le passage symbolique à l’âge adulte.


Or, qui dit Zelda de l’enfance ne dit pas forcément Zelda pour les enfants. Chez tous les papgamers du blog, j’en suis sûr, Wind Waker restera dans le top ten de cette liste imaginaire de ces jeux vidéo de notre jeunesse auxquels nous voudrions un jour jouer avec nos enfants. J’y ai moi-même initié mon plus grand, qui vient d’avoir 17 ans, il y a quelques année déjà (c’est lui qui tenait la manette, précisons-le). La dimension initiatique du jeu est en effet prépondérante : dans le scénario, les enfants qui fêtent leurs douze ans portent l’habit vert, de génération en génération, pour perpétuer une légende qui s’est oubliée et dont dépendra le salut du monde. Comme dans tous les Zelda, Wind Waker emploie de nombreux éléments de la tradition ésotérique qui dépassent le cadre du simple divertissement et en font un jeu « intelligent ». Du reste, le jeu offre un mariage étonnant mais heureux entre les représentations traditionnelles polynésiennes et celtiques, qui sont l’opportunité d’un voyage à la fois sur l’écran mais aussi à l’intérieur de soi. Wind Waker, est d’une vraie richesse poétique, l’antithèse du jeu de baston 16-bits des salles d’arcade. Et pourtant…
Wind Waker, si proche du dessin animé par son esthétique colorée, me semblait idéal pour passer un bon moment en famille. Le héros est en effet rigolo et attachant, et permet l’identification tout de suite. Celà faisait donc cinq jours que mes enfants étaient au garde à vous à chaque fois que j’allumais la console, et je n’ai jamais joué sans avoir mes spectateurs. Seulement voilà. Une fois l’ego bien remonté, et lorsque tout le plaisir est décidément pour soi, il y a deux ou trois petites choses qu’on a tendance à oublier. J’avais moi-même oublié pourquoi je m’étais abstenu toutes ces années de jouer aux jeux vidéo devant mes enfants,.


C’est que les miens ne sont pas forcément des plus sages. Lorsque quelqu’un de mon entourage hésite à avoir des enfants, je laisse cette personne un demi-journée avec les miens, et cela la vaccine complètement. Dans une société où on a placé l’enfance au dessus de tout (alors que paradoxalement la vieillesse domine), je n’ai jamais été complexé d’égratigner les mythes rousseauistes – sur lesquels sont hélas basés tout notre système scolaire – ayant tendance, comme Cioran, à favoriser la vision plus ancienne du Talmud : pour moi l’homme nait naturellement mauvais. Vous connaissez les pseudo livres pour enfants Petit Poussinou ? Il en existe quatre tomes : je ressens une forte proximité avec les auteurs !


Mais bref, je n’y vais pas par quatre chemins : les enfants sont cons, et les avoir bombardé de Wind Waker était tout aussi con de ma part, que celà vous serve d’avertissement. Celà fait donc cinq jours que mes enfants regardent ce petit héros mignon qui ne meurt jamais (because I’m so damn good at it), qui ne dort jamais, qui ne mange jamais, qui ne se casse jamais une jambe en tombant de dix mètres de haut, ni ne se foule le poignet en prenant des coups ultra violents sur son bouclier ou en frappant le sol avec un marteau qui fait trois fois sa taille, ni ne se blesse avec sa lame en dépit de mouvements circulaires compliqués, qui ressuscite au bord des précipices à chaque fois qu’il tombe dedans, qui choppe des cordes à main nues et se balance sans aucun stress, qui nage en pleine mer sans bouées ni malaise, et navigue en plein cagnard sans jamais craindre le moindre coup de soleil ou crise de déshydratation. Le tout dans un espace de totale liberté apparente, sans aucune contrainte ni règles, et des adultes anecdotiques voire inexistants, les monstres étant généralement plus importants que les humains.

Vous voyez où je veux en venir, n’est-ce pas ?


Mais moi je n’ai rien vu venir du tout. Tout absorbé que j’étais par mes activités estivales, entre vélo, bricolage, apéros et Wind Waker, je n’avais pas remarqué le changement progressif de comportement de mes deux plus petits enfants, et notamment de ma petite dernière. Impossible de la coucher le soir, la moindre contrainte – y compris lui tenir la main dans la rue pour traverser – devenant sujet de crises violentes. Le grand frère, soudain investi d’un rôle initiatique, rôle subitement et ouvertement assumée au travers de la relation frère-soeur présentée dans le jeu – si, si, souvenez-vous ! – s’est mis à « jouer à Zelda » à la moindre occasion, sautant partout, volant des outils, attaquant les animaux, faisant n’importe quoi, et entraînant évidemment sa sœur dans la combine.


Tout ceci jusqu’à ce soir, au parc, où ils ont désobéi pour aller « jouer à Zelda » sur les espèces de portiques du parcours de santé au parc, pourtant réservés aux adultes, et dont je leur avais défendu l’accès. Il y avait un espèce d’exercice où il fallait sauter de plot en plot. Mon fils a sauté, il est passé, ma fille l’a suivi… et raté le rebord. Elle est tombé de haut, la tête à tapé à toute vitesse contre une arête tranchante. Pendant une demi seconde, la terre s’est arrêtée. J’ai cru que j’allais ramasser un corps froid et inerte. Et puis les cris, et puis les pleurs. Sauvés, mais pas complètement : il allait falloir filer aux urgences. Course, stress, sang qui coule à flots. Mince, les urgences de nuit sont fermées en août… Je maudis les politiques publiques, Emmanuel Macron et les grands patrons richissimes qui l’ont fait élire. Coup de chance, nous arrivons 30 minutes avant la fermeture. Merci au CNR, à l’hôpital public, à la Sécurité Sociale. Mais pour combien de temps ?


J’ai expliqué au grand frère, choqué lui aussi, que le rôle du grand frère était de protéger sa sœur, pas de l’entraîner dans les bêtises, et que c’est précisément ce qui se passe dans Wind Waker. Il s’est juré, dorénavant, d’être un grand frère exemplaire. Je me suis alors dit qu’on allait peut-être enfin tirer un peu de bon de ce jeu vidéo en terme de mimétisme. Jusqu’au lendemain où ils se sont encore tous les deux disputés et battus. Bref…


Alors voilà. Je m’étais dit que ça leur ferait plaisir de regarder ce jeu, un peu à la manière d’une série animée, et c’est effectivement ce qui s’est passé. Pour maximiser l’expérience de spectateur de mes enfants, j’ai joué en allant droit au but, sans errance ni galère, car je me souvenais de tout ou presque. Mais j’avais oublié qu’il y a encore un peu de l’esprit du XXe siècle dans Wind Waker. C’est un jeu vidéo très individualiste, très loin du party-game, dont de nombreuses facettes relèvent clairement du hard-core gaming. Je pense à ces allers-retours incessants sur la mer, à ce besoin de triturer sans arrêt la baguette du vent, répétant les mêmes mélodies, les mêmes mini-cinématiques (ahhh je n’en peux plus de ce grappin-griffe !), ces placements au millimètre pour pêcher les trésors, plus toutes les quêtes annexes que je n’ai pas faites, les PNJ auxquels je n’ai pas parlé, ces milliers de sous-quêtes qui seront d’ailleurs peu à peu abandonnées dans les opus suivants… tout ça crée globalement de la frustration et même de l’hystérie : l’architecture même du jeu vidéo, basé sur une dynamique rétro, a servi de catalyseur. Ce petit héros hyper centré, qui passe son temps à s’agiter, à crier et à faire la toupie, en plus de sa puissance mimétique aux yeux d’un enfant, suscite indirectement l’énervement, l’impatience, un besoin de se lâcher et d’aller droit au but sans entraves. Le jeu vidéo, même s’il est de qualité, n’est pas forcément un spectacle enrichissant.


On pourra dire ce qu’on veut, j’attends les levées de bouclier : on n’égratigne pas le mythe Zelda, le jeu vidéo n’est pas responsable, je suis réac comme ces mauvais papiers des années 90, genre Télérama, etc. On aurait pu croire, au vu du titre de cet article, à un traitement plus léger, plus psychologisant, à travers une histoire de princesse qui aurait ravi symboliquement sa fifille à son papa, un peu comme cette pu***n de Frozen, qui a durablement déglingué les comportements toutes nos filles (on récoltera d’ailleurs ce qu’on a semé dans 20 ans, les psys feraient bien de se préparer). Mais pas du tout, exit la magie et les paillettes : retour à la réalité du père de famille. Zelda c’était pour moi l’icône sacrée qui n’apporte que du bonheur. C’était. Maintenant j’en fais des cauchemars.

Publicités

9 réflexions sur “ [Je(u) vi(déo)#28] Quand Zelda a failli tuer ma fille ”

  1. Putain quelle aventure, et c’est pas une légende çà ! J’espère que ta fille va bien, remise de sa chute, dingue le papa a pris cher,… mais bon dis-toi que ta fille aurais pu aussi faire comme princesse mononoké avec un chien croisé dans la rue, et là…. En tout cas, je partage ta frayeur et surtout ta remise en cause, dure l’exp de papa avant le gamer. Mais je ne pense pas que tu sois responsable, comme le jeu d’ailleurs, ce n’est pas du DOOM quand même. Mais on voit qu’en prenant de la bouteille on doit faire gaffe à tout,

    De toute façon, ce néologisme que nous avons inventé est toujours « papa » puis « gamer ». Tu as bien réagis et je conçois que tu sois affecté par cette triste aventure. Courage et bon rétablissement pour ta fille.

    J'aime

  2. Merci, plus de peur que de mal, heureusement ! Et puis j’ai encore quelques triforce à pêcher et un Ganon à affronter (comme quoi on se refait pas).

    J'aime

  3. Les gamins font les cons et se font mal, Zelda ou pas. C’est clair que ça peut leur donner des idées, mais je les trouve largement plus prudent que mes copains et moi gamins ! Nous on faisait des chasses à l’homme dans les immeubles, on sautait dans les cages d’escalier, on faisait des foot baston à la récré, résultat j’ai fait je ne suis cassé une jambe, un bras, eu un trauma crânien, des points de suture de partout, et mon père ne me faisait pas jouer à Zelda, c’était Tarot et la petite maison dans la prairie, donc… Mais je partage ta frayeur, mon coeur s’arrête dès que y en a un qui se fait une micro-égratinure, et ça arrive toutes les deux heures avec mes deux affreux.

    J'aime

  4. Wow tu étais casse-cou pour en arriver là ! Merci pour ce témoignage. D’habitude j’accable pas le JV… Mais justement, je me dis que la petite maison dans la prairie et vivre dans un univers très protégé a tendance à amener à ça. Mes gamins n’ont pas la télé mais des animaux, on fait aussi des jeux de société, l’accès aux écrans reste très contrôlé et je passe mon temps à faire la police. Dans cette ambiance, je trouve que regarder le jeu vidéo a modifié leur comportement de façon palpable et les a poussés à être plus dangereux que d’habitude. Les adultes n’échappent pas à la règle : la plupart du temps comprimés dans des vies très limitées et limitantes, et en même temps captés par l’effervescence des modernes… un auteur de bd, Fred, auteur de Philémon et du Génie des Alpages, a d’ailleurs intitulé une de ses bd « les comprimés effervescents »…!
    Si le risque zéro n’existe pas, on ne m’enlèvera pas l’idée que wind waker avait tout ce qu’il faut pour servir de catalyseur à ce qui est arrivé, plus qu’un twilight princess par exemple. Et en dernier recours, étant donné qu’on pense zelda, qu’on parle zelda, bref qu’on « vit zelda » à la maison depis 5 jours, ça laisse une trace sombre dans cette expérience, par force d’association. Comme quand tu pars en vacances à l’étranger et que tu crames ta voiture. Je ne dis pas que c’est la faute de l’étranger, mais c’est qua d même celle de la voiture. Quoi qu’il en soit, ça te laisse un mauvais souvenir de vacances.

    J'aime

  5. J’étais pas spécialement casse-cou, non. Je suis même plutôt prudent et peureux, mais que veux-tu,tu as besoin, quand t’es gamin, de te prouver des choses et de faire quelques conneries. C’est une question de tempérament aussi, mon fils de deux ans à peine fait des choses que sa grande soeur de cinq ans n’osera jamais, des choses dangereuses qui, c’est certain, vont nous mener à l’hôpital… On ne peut pas les contrôler toujours, même dans des environnements a priori sûrs. Combien de fois, au parc, mes gamins ont été à deux doigts de s’ouvrir la tête, alors que j’étais à deux mètres en train de les surveiller. Ca arrive très vite, et, à moins qu’il y ait quelque chose de grave, ça fait partie intégrante du cursus. Que Zelda serve de catalyseur, probablement, mais ta fille a appris une belle leçon, une leçon qu’elle aurait fini par avoir quoi qu’il arrive, peut-être de façon beaucoup plus brutale, et, j’en suis certain, une leçon que les gamins ne comprennent que par l’action. Nos beaux discours valent que dalle pour eux. Tu aurais beau eu lui expliquer qu’il faut pas sauter comme Link, etc… Mon gamin par exemple, je lui explique qu’il va se faire mal, il s’en fout, il se fait mal, il pleure 5 minutes, et il recommence une autre expérience. Ca me rend dingue, vraiment, mais je sais que c’est comme ça.
    Chacun sa méthode d’éducation. Que le jeu vidéo ou la télé excitent nos zébulons, je n’en doute pas, mais, paradoxalement, le seul moment où ils ne se font pas mal et où ils ne font pas de conneries, de manière générale, c’est quand ils regardent un truc, et encore chacun dans leur coin sinon c’est la guerre (et ceux qui ont une fille et un garçon savent de quoi je parle…). Et je comprends cette envie de partager tes amours d’enfant ou d’ado, moi j’ai acheté la mini nes pour ma gamine, elle a découvert mario, metroid, etc, ça m’a fait quelque chose, et c’est important. Mon père n’a jamais partagé ce genre de choses, et j’aurais bien échangé quelques passages supplémentaires à l’hopital contre les souvenirs que tes gamins auront grâce à ces moments de bonheur et de joie.

    Aimé par 1 personne

  6. Si ça fait cinq ans que tu pètes des plombs et que tu galères parce que ta famille est loin ou que tu as coupé les ponts avec, plus ou moins, oui 😉
    Je vais regarder Captain Fantastic, mais de ce que j’ai lu de l’article me donne des boutons : un adepte de Thoreau qui croit appartenir au camp du bien, évidemment, va se permettre de juger sa soeur parce qu’il pense que savoir faire un feu et chasser la biche obéit à un principe éducatif supérieur à celui des citadins (qu’on me dise à quoi, en 33 ans, m’aurait servi ce genre d’éducation, passant la majeure partie de mes journées dans le 6e arrondissement de Paris… Disons que le vivre ensemble, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, et la mentalité bio non plus, donc je ne suis pas sûr d’être un bon client là.

    J'aime

  7. Oui je me retrouve complètement. Un proverbe africain dit qu’il faut tout un village pour élever un enfant. Fabrioles « vivre ensemble » mise à part (on se retrouve, là, moi non plus je n’aime pas ce genre de prêt à penser mais par contre je mange bio et suis végétarien le plus possible) il me semble que c’est d’autant plus vrai avec les enfants terribles.
    Justement le film prend le contrepied de ce proverbe : un père élève ses enfants envers et contre tout : le film montre également ses failles et celles de ses gamins. Regarde le, je te rassure, ce n’est c’est pas le Thoreau récupéré par Nuit Debout, c’est le Thoreau qui, avec Emerson, a inventé la littérature américaine contemporaine, dans ce qu’il y a de plus pur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s