[octopodcast#7.1] 2016, une année de faux semblants ?

Cette semaine, première partie consacrée au bilan sur cette fin d’année entre cotillons et bûche du 31. On refait le point sur cette longue année, entre déceptions et pépites vidéoludiques mais aussi filmographiques. Bonne écoute !

Au sommaire de cet épisode #7.1 (1h23) – première partie

00:02:25>  Retour sur l’actu’

L’énormité de FFXV, et sa bande-son épique.

Retour sur Last Gardian, Super Mario Run et les apports du petit papa nowel… et ses surprises !

00:43:31 : le dossier du papagamer :

Un bilan – pas de santé -mais presque sur le JV et le cinéma en 2016

Utilisez le moteur de recherche en haut à droite, pour trouver les références aux articles citées dans l’octopodcast#7… de rien c’est gratuit.

Bonne écoute, et n’oubliez pas de laisser un petit avis !


Crédits sons

jamendo-licensing-logo-black-on-white-30Générique :

Liquid Blue par the.madpix.project

Rubrique : Dossier du papagamer :

  • introduction : extrait du film « Rocky Balboa »
  • (00:37) extrait de « Quiet Life » par Japan (MGSV)
  • (1h18) Reprise au piano de « Ghosts ‘n Goblins » – Tom Brier

Générique de fin :

Remix de Starfox (Corneria) / Street of Rage (End Mission – Bare Knuckle II: Special Edition).

Nos autres épisodes

Pour vous abonner au podcast

itunes-icon 

Nos conditions juridiques d’utilisation

Publicités

5 réflexions sur “ [octopodcast#7.1] 2016, une année de faux semblants ? ”

  1. De vrais romantiques ces deux-là…. Bon, je viens d’écouter votre chronique en faisant mon repassage dominical du lundi (paradoxe temporel) ! Ca fait un moment que j’avais envie de faire mon bilan de 2016, mais je me sens dépassé par la vague podcast qui secoue le blog, étant plutôt du genre littéraire. Même si je suis largué côté consoles depuis des années, on comprend bien le clivage Nintendo / Sony. Perso, j’adopte le style Stromaë : « ni l’un ni l’autre … »
    Côté films, j’approuve le débat sur Captain Fantastic. Il me semble que le film montre bien la dérive de l’éducation sectaire du père, même si, côté un peu « Walt Disney », les enfants se sont cachés dans le bus (je ne m’y attendais pas du tout, je pensais que la fin du film serait lose et que le père finirait seul). Mais d’un point de vue universel, c’est juste le film d’une éducation « engagée » contre une autre « conformiste », une éducation face à la société extérieure. Il n’y a pas à chercher plus loin. La pulsion idéologique du père est une pulsion propre à chaque père, sinon nous ne serions que des géniteurs. Votre débat sur « les jeux vidéos auxquels je jouerais avec mes enfants » est une manifestation de cette pulsion. Personnellement, j’en reviens un peu, je pense qu’il faut les en préserver. Et puis Captain Fantastic, c’est surtout la culture américaine des origines, une représentation parfaite de la pensée de Thoreau et des transcendantalistes.
    Independence Day : une grosse daube made in jewish-hollywood-land pour filer de gros cachets aux copains-copines qui jouent comme des pieds sans aucun complexe. Je veux bien avaler certaines couleuvres, mais y’a des limites.
    Je me suis fait également la réflexion sur l’utilisation de personnages décédés en images de synthèse dans Rogue One (et maintenant de Carrie Fisher) et c’est une réflexion que j’ai eue il y a des années sur Star Wars et Indiana Jones, pour d’éventuelles suites ou spin-off / séries parallèles. On y vient, petit à petit, à créer des personnages éternels. C’est le vieux rêve d’immortalité.
    Et oui, on peut dire qu’actuellement il y a un tournant sociologique avéré du cinéma vers les séries, avec tout ce que celà implique en terme de narration, pour le meilleur et pour le pire. Actuellement je regarde Big Bang Theory, en VO bien sûr, je me marre bien. Des geeks, qu’on vous dit !

    J'aime

  2. Ah oui, j’oubliais : 35h sur Final Fantasy 15? Je hurle au scandale !
    Bientôt, avec la droite néolibérale, ce sera plus de 40 heures, la semaine de boulot : pour choquer l’homme de la rue, il va falloir faire mieux que ça.

    Aimé par 1 personne

  3. hahaha, punaise non l’octoblog reste et restera un coin d’expression sans prétention, qu’elle soit orale ou écrite bien sûr ! Je n’abandonne pas la plume, mais il est vrai le prochain semestre risque d’être UBER chargé pour moi, donc le podcast permet de maintenir (au côté de tes proses de qualité) un flot pour nos octolecteurs 😉 Bon le côté pulsion, je crois qu’on le partage tous, oui affirmatif avec le « rôle » des parents (bon, moi à Noël c’était le montage du Faucon Millenium en Lego avec ma fille, une transmission de savoir… mercantile, vil Disney). En tout cas, ravi que l’on soit parti sur une nouvelle année ensemble !

    J'aime

  4. Wesh, des articles de qualité avec du contenu, il en faut aussi. Bon : le son est ok SAUF que du coup sur les passages intercalés, musiques (ou dialogues de films, surtout), le volume sonore tombe très bas et on n’entend plus rien. Pour le reste, pas de problème

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s