[Troisième dialyse 2015] Un coup d’oeil dans le rétro

Je suis le moins consommateur de nouveautés et le plus orienté retrogaming de l’octoblog, cependant, l’année 2015 a été riche en découvertes et en expériences vidéoludiques pour moi aussi. Petite rétrospective de papa-gamer, toujours un pied dans le passé. Comme le dit parfaitement Hujyo, le temps file pour les papa-gamers. Et les enfants grandissent. Bon, la petite dernière ne me laisse pas beaucoup le temps de m’adonner aux écrans, que ce soit pour le boulot ou pour la détente. Dès que j’ai le dos tourné, patatras, une catastrophe. Mais bref, allons-y pour les coups de cœur l’année 2015.

Côté vraiment rétro, j’ai beaucoup joué en début d’année à Streets of Rage Remake sur PC dont j’ai parlé l’an dernier et qu’il est toujours possible de se procurer gratuitement. Le jeu étant toujours secrètement en développement, je me suis empressé de tester la version 5.1, qui propose tout un tas de petites améliorations (255 en tout) pas forcément évidentes à déceler, la meilleure étant le coup spécial de Shiva, parfaitement inutile, mais qui fait tout de même plaisir.

Un tout petit peu moins rétro… mais résolument rétro : j’ai enfin testé cette année l’extension de Heroes of Might and Magic II : Price of Loyalty. Celle-ci propose de nouveaux artéfacts et bâtiments et a l’avantage d’être compatible avec le patch de l’Archange, développé par une équipe de fans français fin 2014. J’y joue parfois en hotseat avec mon grand de 15 ans et j’ai même créé une MAP personnalisée avec l’éditeur de cartes. Décidément, ce jeu ne me décevra jamais !

Côté consoles, j’ai ressorti la vieille Wii familiale au printemps, fortement déçu par Starcraft 2 : Wings of Liberty, à cause de son équilibrage discutable, qui m’a enjoint à lâcher quelques temps mon PC. On n’est pas entièrement dans le retrogaming avec cette console, pourtant déjà déclassée, mais les titres que j’ai découverts surfaient clairement sur la tendance rétro, avec New Super Mario Bros Wii, Rayman Origins et surtout Donkey Kong Country Returns. J’ai déjà fait un test comparatif des deux premiers, mais il est manifeste que Donkey Kong Country Returns, découvert sur le tard, aurait aurait eu une place de choix aux côtés des deux autres. Le gameplay est en effet de même nature, avec un jeu de plateformes en 2D classique mais beau, une évolution par niveaux, une musique sympa, une possibilité (pour les puristes) de se farcir le jeu à 100%, une difficulté bien dosée et la possibilité de jouer à plusieurs, plus pour s’amuser que pour gagner.  Bref, Donkey Kong Country Returns m’aura accompagné une petite dizaine de jours pendant les fortes chaleurs du mois d’août, avec mes enfants réclamant à corps et à cris « le jeu des singes » (pour ensuite mieux les imiter)… Remarque en passant : je détestais la version Super Nes…

A la rentrée, j’ai ressorti du lourd avec Samurai Shodown 6, dernier avatar d’une longue série débutée sur Neo Geo et qui a bercé mon adolescence (merci les émulateurs). Ce titre était présent sur une anthologie, sortie il y a quelques années sur Wii, et justement appelée Samurai Shodown Anthology. Le titre regroupe en tout les six versions existantes, ainsi que quelques bonus et modes de jeu inutiles. Autant vous dire qu’y jouer avec une wiimote est peu efficace. J’ai donc acheté une manette « classique », mais pas celle de Nintendo, hors de prix (pour une coquille vide) mais un succédané chinois, qui fonctionne très bien. Grâce à elle, et avec mon personnage préféré (Haohmaru, que j’utilise toujours), j’ai enfin pu terminer le jeu, battant le boss final, sur lequel j’ai longtemps buté faute de matos digne de ce nom. Pour en revenir au jeu, il n’est pas le meilleur de la série, loin de là : les animations d’arrière plan sont assez médiocres, sans parler des temps de chargement pénibles, et le gameplay n’offre rien de transcendant. Le 4e et le 5e opus sont bien meilleurs.

Nous arrivons enfin à la seule véritable nouveauté pour moi cette année en termes d’achats de jeux vidéo, si encore on peut parler de nouveauté pour ce monument du RTS, je veux bien sûr parler de l’ultime extension de Starcraft II : Legacy of the Void, qui achève une sage vieille de près de 15 ans. Si la campagne solo, dont j’ai déjà parlée, n’est pas terrible en soi, celà fait maintenant 2 mois que mon grand fiston et moi-même testons à fond le mode multijoueur, nous concentrant uniquement sur les matchs en 1 contre 1, avec la race Terran. Les déséquilibrages en défaveur des Terrans m’avaient déjà énervés par le passé, ils sont sensiblement moins violents à présent, mais encore très irritants. Le liberator est une nouvelle unité vraiment sympa, et promet encore de belles surprises, mais le cyclone est vraiment pourri, et il me faut encore apprendre à utiliser les unités de la 2e extension, Heart of the Swarm, que je n’avais jamais utilisées. Du reste, les matches Terran contre Protoss (TvP) sont devenus tout simplement impossibles, sauf face à des joueurs débutants, et encore, en ayant de la chance – les joueurs Protoss eux-mêmes le reconnaissent. Aucune forme d’expérience ou d’audace ne peut contrecarrer ce fait et je n’ai encore trouvé aucun build order satisfaisant en TvP. Enfin, je lis sur le net qu’après ça, le comité d’équilibrage  du jeu souhaite encore mettre les bâtons dans les roues des Terran !?! C’est à n’y rien comprendre. Il va falloir attendre pas mal de temps et des compétitions de haut niveau pour que l’équilibrage du jeu soit revu, et encore, je me demande bien comment… !

Pour finir cet article rétrospectif, cette année aura pour ma part été riche en films, séries et musiques. Je me limiterai  ici du côté du papa-gamer. J’ai ainsi partagé l’expérience Star Wars VII avec mes deux garçons, sans aucun regard critique, un peu comme on partage un vin nouveau, auquel le film est comparable (au passage, 2015 sera un grand cru pour les vins, notez-le) : le dernier Star Wars ne sera jamais un grand Romanée Conti. Mais le plaisir a été immense de pouvoir faire cela en famille. De même pour l’excellent Lego the Movie et Vice-Versa qui à mon avis fera date.

Au niveau séries, j’ai découvert le dessin animé Avatar : le Dernier Maître de l’Air, dont nous avons acheté l’intégrale en DVD pour les gosses. Ce dessin animé de 2006-2007 est encore réalisé à la façon de la vieille école, d’un point de vue graphique mais aussi narratif : une véritable histoire qui se suit d’un épisode à l’autre, une esthétique et des personnages bien tranchés et accrocheurs, du suspense, des phases de combat et de quête mêlées de romance et d’humour, et surtout, une véritable réflexion humaniste. Je pense que cette série apporte beaucoup plus aux enfants qu’un Bob l’Eponge, qu’un Wubbzy ou toute autre abomination en 3D. Pas étonnant que la suite de la série, Legend of Korra, n’ait même pas été traduite en français au delà de la première saison : les événements de l’année 2015 nous ont bien démontrés que les lumières sont en train de disparaître dans ce pays. En fait, tout pessimisme gardé, cela fait bien longtemps qu’elles sont éteintes. Il ne nous reste plus que des solitudes d’îles en guise de lueurs, et quelques ports pour nous interconnecter, dont ce blog fait partie. Longue vie à Octopaddle ! Et bonne année 2016 !

Publicités

2 réflexions sur “ [Troisième dialyse 2015] Un coup d’oeil dans le rétro ”

  1. Que de bon gout dans cette retro de l’année 2015

    Comment pourrais-je dire autre chose quand il y a du Streets of Rage et du Heroes 2 ! 🙂
    Ahhhhhh la saga SOR ne perd rien pour attendre et elle fera définitivement l’objet d’un post historique sur le Blog
    Heroes 2 cette musique qui sent bon le chocolat chaud et ce design si particulier qui lui confère une identité vraiment forte
    Que de parties faite en coop avec mon grand fréro
    Samurai Shodown bien adepte aussi de cette licence, j’avais bien rincé à l’époque le premier Opus sur Megadrive mais quand j’ai enfin pu m’y adonner sur ma neo geo fraichement acquise lors de mes premiers salaires
    Le 6 était un peu foutraque dans mon souvenir niveau design des persos (yolo Kusaregedo) mais tout de même fun (essayé sur Emu aussi)

    Il va falloir définitivement que je me penche sur Lego the Movie tant les avis sont unanimes

    Aimé par 1 personne

  2. Ah oui Kusaregedo, mémorable, n’empêche, la taille du sprite…!
    Merci pour ce com’, j’aimerais en dire autant de 2016 mais à bien y voir je tourne toujours avec les mêmes jeux, à des fréquences moindres, certes. J’espère tester le dernier Zelda un de ces jours.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s