[Dialyse 2015] Une année chargée : on pense aux joueurs, enfin.

En cette fin d’année, il est temps de faire la rétrospective de 2015, pour savoir ce que le papagamer a pu découvrir durant ces 365 jours. Germaine qui illustre cet article (+1 à celui qui retrouve la pub d’origine) nous régalera de ses bonnes expressions pleines de bon sens pour nous guider dans les méandres du temps passé. Si un moment, mon cœur de gamer (voué depuis le début aux consoles) a balancé du côté obscur du jeu PC via mon iMac bête de guerre, l’arrivée dans mon foyer d’une belle PS4 Star Wars collector a fait chavirer mes certitudes sur la lutte éternelle du jeu sur PC/ Consoles. Petit bilan sur plusieurs coups de cœur et quelques petites déceptions annuelles, pour aider les plus indécis à préparer de futurs achats.

NDocto : Les liens pour approfondir cet article (tous soulignés dans le texte mais non actifs) sont en fin de texte pour éviter de se perdre… de rien, c’est le patron qui offre.

Germaine a dit : en Janvier, on se touche la nouille et le portefeuille

Coup de tonnerre lors du Nintendo Direct fin 2014 encore animé par (feu) Satoru Iwata : Big N annonce le très attendu remake du grand Zelda Majora’s mask, et coup de poignard dans le portefeuille, la sortie d’une nouvelle 3DS XL sérigraphiée Zelda majora’s accompagnée de sa statuette collector  (déballage disponible en fin d’article). Il va sans dire que sortant le 13/02/2015, elle fut mienne pour une joyeuse Saint Valentin hédoniste 🙂 Un petit plaisir coupable autour d’un jeu réalisé de haute main et qui nous replonge dans un univers mythique, digne dystopie d’un Link to the Past et d’Ocarina of Time, bien sûr.

En février, ne perds pas la tête !

Ha ça ira, ça ira… Le mal nommé Assassin’s creed Unity terminé pour ma part ce même mois et qui divisa bon nombre de joueurs, fut pourtant un petit coup de cœur personnel. En effet, l’énorme background historique, l’excellente modélisation du Paris révolutionnaire furent autant de raisons pour m’y perdre. Grâce à cette orgie visuelle, j’ai mené à bien les quêtes d’Arno durant 30/40h de jeu, bien que l’on sente un vrai essoufflement pour cette série qui arrive à ses limites. J’espère que cette dernière va prochainement connaître son aggiornamento en cassant ce rythme annuel suicidaire, pour mieux rebondir… . (lien vers le test en fin d’article).

En mars, laissez tomber les artifices pour vous consacrer à l’essentiel

Mon gros reboot de mars fut le très bon Tomb Raider, destiné à mon antique PS3  60 go (certes dernier modèle rétrocompatible PS1/ PS2 mais souvent en mode moteur d’avion à cause des ventilos qui s’emballent). Quel plaisir de retrouver une Lara non siliconée, débarrassée de ses implants mammaires véritables insultes à la gravité, pour se plonger dans la genèse d’une série mythique. Et punaise qu’est-ce que Lara prend cher durant ce jeu : criS, chuteS, coupS et journées de merde qui s’enchaînent durant plus de 30 h de jeu épiques.  Notre rétine fut séduite par la visite d’environnements chatoyants à d’autres plus sombres (plages paradisiaques, forêts tropicales et sommets enneigés), liés à de l’exploration indianajonèsque et à de l’action entre gunfight / saut de corniches et… customisation de piolets de folie, enfin pour ce dernier point chacun son truc. Un jeu qui m’a occupé certains samedis après-midis, et signe qu’il fut bon, certaines soirées après le boulot.

En avril-mai, hmmmm cela sent le RPG en rut.

Après une expérience décevante sur du Pillars of Eternity et l’horrible (visuellement parlant) Xenoblade sur 3DS, j’ai découvert en démat’ la troisième itération de Dragon Age : Inquisition d’Electronic Arts. Enfin, le retour d’une grande licence, fraîche et bien réalisée lors de sa sortie en catimini le 3 novembre 2009, qui après un test concluant, donna lieu à un achat coup cœur direct ! Publié habilement en pleine folie du « Seigneur des Anneaux », le premier Dragon Age : Origins disposait d’un monde cohérent, menacé par une engeance maléfique et servi par d’excellents dialogues portant la patte d’Obsidian (papa de Kotor ou Fallout New Vegas). Après un catastrophique second épisode, Obsidian reprit les manettes, profita que son futur concurrent The Witcher 3 fut reporté de quelques mois, pour nous offrir un parfait apéritif pour patienter des futures aventures du sorcelleur Geralt de Riv. En tout cas, dans Dragon Age : Inquisition le joueur est aussi dans un monde ouvert, porté par un scénario assez prenant, mais après une trentaine d’heures, ce dernier fut balayé par l’arrivée en ce beau mois de mai de mon sorcelleur préféré…

Acheté dans le Carrouf’ du coin à sa sortie, le jeu repoussé en raison de soucis techniques (merci encore CD Project de ne pas prendre les joueurs pour des buses et d’offrir un produit fini) était assorti d’une édition tellement respectueuse du joueur – pratique rare – qu’il convient de la détailler ici : message de remerciements, 16 DLC gratos, carte, notice, livret et OST s’il vous plaît !). Witcher 3 restera donc mon coup de cœur 2015 (déballage en fin d’article). Enfin un monde ouvert cohérent, nourri par une foultitude de détails (du reflet de l’eau, aux comportements tellement humains des habitants ou encore le bruissement du vent dans les arbres, sur fond de soleil couchant démentiel).

A cela vous ajoutez un scénario mature dont les choix vous suivent, tout en étant épique au possible, il n’y a pas de doute : c’est bien mon GOTY de 2015. Après plus de 70h au compteur (sans les voir passer), j’ai terminé le jeu durant mes congés d’été, en parallèle du larmoyant, du très joli et du très très émotionnel pour tout paternel trentenaire, Last of Us sur PS3 (testé par Hujyo).


ENCART COUP DE GUEULE DE L’ANNÉE


En novembre, tu aimes les quenelles ? Tiens en voici une énorme, merci bien Bethesda.

2015 serait-elle l’année de la pratique désormais actée et récurrente chez bons nombres d’éditeurs, de vendre des jeux en kit ? Hé oui, en 2015 acheter son jeu en boite (pour un PC) ne donne plus lieu à posséder le jeu en entier ! Il faut passer par la case téléchargement, et attention on ne parle pas de quelques mises à jour de dernières minutes, mais de gigaoctets de données à pécho, soit pour le dernier Fallout 4, de plus de 23 go !!!! Il aurait été trop simple de faire un coffret offrant 4 DVD comme pour The Witcher 3 de CD Project ? Amis ayant une connexion souffrante ou rurale, dites bye-bye pour profiter instantanément de votre jeu, sauf à vous taper quatre jours de téléchargement… Quel scandale ! Qui accepterait d’acheter une voiture chez un concessionnaire automobile sans les roues ?

Cet éditeur ne m’y reprendra plus, en tout cas si cela donne lieu à de nouveaux téléchargements homériques ! Et je peux vous dire, que ce n’est pas des menaces en l’air, car parmi les joueurs qui ont acheté ce jeu, nombreux sont ceux qui ont été très déçus également par sa qualité discutable, aigreur dissimulée par ses très bons chiffres de vente et une communication bien ficelée. Comme dirait l’autre « on peut tromper une fois mille personnes, mais … »

La fin d’année, l’attente de voir autre chose ?

Finalement, après une année de jeu dominée par mon PC iMac, et quelques coups de cœur sur ma PS Vita (notamment l’orgie visuelle d’un Muramasa Rebirth), c’est avec plaisir que j’ai retrouvé les joies simples de jouer assis dans un confortable canapé, devant une TV disposant de couleurs plus pétantes que mon glorieux vidéoprojecteur HD 720p. Et ce retour porte un nom : la PS4 !

Testée grâce à un prêt de mon cher Huyjo, mon achat fut déclenché après le dernier E3 homérique (et tellement fourbe de Sony) par le rappel de glorieuses licences PlayStation (que cela soit les futurs Final Fantasy VII, Shenmue 3) ou de plus novatrices (Horizon Zero Dawn ou encore No Man’s sky) et l’avalanche de nouveaux titres annoncés à la Playstation Experience d’octobre et décryptés par nos soins, dont le prometteur Wild du grand Michel Ancel (en illustration). j’ai donc opté, après annulation de l’édition collector Metal Gear Solid V, pour le modèle de PS4 plus classe – et tellement plus geek, donc déraisonnable – Star Wars Battlefront (son déballage est disponible en fin d’article). Pour alimenter dignement cette splendide machine, j’ai replongé dans les affres du consumérisme raisonné (grâce à internet et ses promotions de dingo à 28€ le jeu neuf ?!). Ainsi, j’ai déjà fait mon stock pour 2016 avant la sortie de Final Fantasy XV en été et les jeux précités : j’ai mis la main sur le très bon slasher movie Until the Dawn que je fais avec ma chérie (un bon Scream à la Wes Craven), entrecoupé de sauts dans la ville de Gotham City grâce au bluffant Batman Arkham Night (test en fin d’article). Enfin, au coin de mon meuble salon, siègent aussi un Metal Gear Solid V, un Dragon quest Heroes et mon Star Wars Battlefront, tous en attente ! L’année 2016 s’annonce d’ores et déjà chargée 😉

Et pour vous, quels coups de cœur ? Quelles déceptions ?


Foi de Germaine, ici tous les liens pour découvrir nos coups de cœur, dialysés sur octopaddle.fr durant 2015

Synopsis

Janvier

Février

Avril-Mai

Novembre

Fin d’année

cqfd
Publicités

6 réflexions sur “ [Dialyse 2015] Une année chargée : on pense aux joueurs, enfin. ”

    1. Et Bethesda gravé sur le coeur ! Sérieusement, le PC n’a pas forcément récolté le meilleur du jeu vidéo. Entre le dernier Batman RockSteady et Fallout 4 … :/

      J'aime

  1. ah mais je ne savais pas que tu avais joué au dernier Tomb Raider – c’est bien celui qui a déchaîné une polémique il y a quelques temps déjà ? En tous cas bonne idée cette rétrospective jeux au fil des mois (des saisons ?) je ne pourrais hélas en faire autant.

    J'aime

  2. Non c’est le premier épisode. Celui qui déchaîne la polémique concerne le dernier sorti (à la fin de l’année 2015), qui est une version 1.2 de l’édition de février. Bref les dév’ ne se sont pas foulés et ont refusé de surprendre leur public, dommage car le reboot de Lara était franchement audacieux.

    J'aime

  3. Bilan 2015…Hum allez je suis pas trop à la bourre ahah
    Une belle retro où j’approuve totalement l’emphase sur le reboot Tomb Raider (que je me referais bien en PS4 version)

    Assassins creed ne m’a jamais enchanté plus que ça et le syndicate m’est tombé des mains…
    Peut être que ce Unity dans ce beau Paris de l’ancien temps me parlerait plus
    En + trouvable à pas cher

    Ah se perdre des les mondes ouvert de Witcher et Fallout…
    J’espère avoir le temps de le faire en 2017 😦 même si l’année s’annonce déjà assez chargée en nouveautés diantre time is running out…

    Until Dawn bien envie de me faire ce run horrifique et pourquoi pas enchainer avec ce cher RE7 qui semble au RDV niveau jump scare and co

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s