[Presse ta life] Le premium de Gamekult/ Gameblog un mal… pour un bien ?

MAJ 14/10/15 : Les internet s’affolent de nouveau et bruissent d’avis depuis que Gamekult a relancé sa formule Premium le 7 juillet 2015 après diverses tentatives passées, suivies par d’autres sites concurrents (Gameblog). Bien loin de la polémique, petit point sur ce folie du premium, et le sujet est loin de faire l’unanimité dans l’octoteam d’ailleurs ! Après un échange récent avec le rédacteur en chef de GK, grosse douche froide vis-à-vis du Premium….

Sommaire

Alors, quels soucis ? MAJ 14/10/2015 : la réponse du rédacteur en chef de GK face à nos demandes de transparence.

Membre du club des 5 premiers sites vidéoludiques francophones en terme de fréquentation, Gamekult (GK) a décidé de revoir son offre payante « Premium » en s’appuyant dessus pour se financer en partie. Il est vrai que les revenus publicitaires, base de l’internet gratuit au côté du dévouement des sites passionnés 100 % gratuits (dont octopaddle.fr porte bien haut les couleurs), se sont taris rapidement face à de nouveaux modes de consommations et le refus des lecteurs de se laisser pourrir leur navigation sur des sites inondés de pubs (merci Adblock). Alors quelle solution pour les sites internet comportant des salariés qu’il faut rémunérer en fin de mois ? Gamekult racheté un temps par CNET Networks en 2007, connut le départ des fondateurs du site en 2008 (Clément Apap dit « Raggal » et Kevin Kuipers). Certes, le site soutenu par CNET pouvait disposer de fonds qui lui permettait de vivre aux côtés d’autres ressources (comme la pub). Actuellement, le site qui changea plusieurs fois de propriétaires est désormais dirigé par des anciens de CNET France et intégré dans un ensemble dénommé CUP Interactive (source Wikipédia). Pour diversifier ses ressources, GK décida de se lancer dans les offres Premium comme bon nombre de sites, dans le jeu vidéo, mais aussi dans d’autres domaines, et ceux dès 2008. Perso, cela m’avait irrité à l’époque, car l’internet gratuit restait une valeur importante à mes yeux, et j’utilise à bon escient l’imparfait, car avec le temps, j’ai évolué sur cette « gratuité du Net », comme je le développerai plus loin. Et chose cocasse, GK utilise le même mode de fonctionnement que son alter ego francophone et concurrent, néanmoins petit frère en âge – oui vous savez celui qui vous met souvent la honte, qui s’habille n’importe comment, se complet dans une hystérie adolescente et devient un porte panneaux publicitaire permanent – bref, le « iago shakespearien » par essence : Gameblog !

Gameblog représente tout ce qu’il ne faut pas faire avec le Premium

Racoleur, vous avez dit racoleur ?

Ce site loin d’être soutenu par un gros groupe à son corps défendant, a privilégié pour s’autofinancer la piste du clic facile, des liens troubles avec les éditeurs, des titres accrocheurs et autres polémiques stériles (bien souvent envers GK d’ailleurs, tel le sale gosse la morve au nez qui s’est fait piquer son goûter et cherche un bouc émissaire :). Perso, quand Gameblog a lancé son offre premium en 2010, j’ai senti une grosse lassitude (et le mot est faible) envers la rédaction d’un site qui je suivais depuis leur premier podcast en 2007 : tout d’abord, la dégradation du contenu éditorial du site (sans parler du départ des rédacteurs atypiques : Angel, Kendy, …) qui évapora la magie des premiers temps de cette équipe issue du monde des magazines papiers des 90′. Les avantages annoncés furent finalement assez peu révolutionnaire : accès privilégié à des events de la rédaction, suppression de la pub ou encore accès aux vidéos/ podcast une semaine avant…. bref rien de sensationnel. Cependant, le premium pris une place de plus en plus redondante et devint l’alpha et l’oméga de Gameblog, répété à chaque podcast à satiété ad nauseam : « abonnez vous », « mais il faut s’abonner ! » Etre premium c’est nécessaire », « le premium est super », « il faut devenir premium… » et blablablabla… à tel point que depuis sa création en 2010, on peut affirmer que le premium devient pour GB (et JC Chièze en particulier) une obsession à chaque podcast !

Résultat bien souvent quand débute cette litanie plaintive, j’efface le podcast sans aller plus loin, car JE DÉTESTE QUE L’ON ME FORCE LA MAIN ! A cela s’ajoute une grande déception envers un site qui a bien perdu : vous voulez écouter la différence entre aujourd’hui et ce que fut GB à son départ ? Sur iTunes écoutez les premiers podcasts (celui sur la Dreamcast ou la Gameboy au hasard), où l’on pouvait sentir la flamme, l’envie et une vraie bande de potes à tu et à toi… Ceux d’aujourd’hui sont désormais assez tristes, hystériques, et franchement… que sont pénibles ces joutes orales dignes du niveau d’un collégien (dédicace au numéro sur E3 2015 très puérile).

L’offre premium, du kick starter à chaque sauce ?

Donc, instaurer un premium doit contribuer à tout prix à éviter de tomber dans le racolage facile (d’autant plus que le Sénat vient de le repénaliser, hein moi je dis ça, je dis rien), pour éviter de perdre le cœur du gamer qui souhaite aider son site préféré. Car cette mode du premium sans doute issu du « cerveau » d’un banquier, joue sur un effet du « plus, plus, plus » et fait miroiter moult services contre monnaie sonnante et trébuchante dont sera exclu le simple pékin moyen. Toute cette poudre aux yeux me fait d’ailleurs penser à ce sketch des têtes à claques Chevallier & Laspales (début 0:21), pas vous ?

Les sites en question justifient donc cette obole par du contenu supplémentaire pour le lecteur. Pourtant, j’ose le dire je suis j’étais premium chez GK, et ceux pour plusieurs raisons. (Avant de revenir sur mes motifs d’abandon du premium GK, voici pourquoi je l’étais devenu) j’ai sauté le pas en mars 2015 en devenant premium sur l’ancienne formule, suite au clash entre GB et GK et l’attitude puérile et hystérique du premier envers le second, qui a clairement clarifié les enjeux et risques des journalistes JV de trop copiner avec les éditeurs. Pour moi GK avait affirmé sa position et s’était fixé (ou rappelé) une déontologie qui faisait l’honneur de ce site vétéran du web vidéoludique (que je consulte depuis 2003). Ainsi, j’avais pris le parti de sauter le pas et d’afficher un soutien symbolique en devenant premium ancienne formule (3 €/ mois), bien avant cette remise à jour. Le second point fut la nouvelle orientation du site qui finalement a laissé tombé progressivement cet aspect trollesque qui lui collait à la peau (le départ de Chocapic et le changement de ton des forums, sans parler de la nouvelle équipe plus sympatoche et moins hautaine) et l’arrivée de nouvelles émissions, transformèrent le ton du site qui me séduisit.

De nouveaux contenus

Outre une refonte très agréable du site (mode lecture de nuit merci pour les yeux), la rédaction joue sur le retour de certains anciens rédacteurs (Raggal !) et de nouvelles émissions ou de reportages de grandes qualités. À titre d’exemple, j’ai encore en tête celui sur la rue République, Mecque de l’import (sans mauvais jeu de mots) à Paris ou encore la sémillante émission Gaijin Dash consacrée au Japon.

Désormais, si le site a toujours un contenu gratuit, une grande partie sera réservée aux premiums, avec un contenu plus mature et plus creusé : « Là où ses principaux concurrents misent sur une proposition éditoriale à destination des joueurs occasionnels et adolescents, Gamekult fait donc le pari d’une information plus riche, approfondie et ouverte » comme l’affirme Yukish (Thomas Cusseau) sur cette page explicative de ce changement majeur pour le site. Autres points positifs, il est possible d’envoyer un code pour partager un article que l’on a aimé avec un pote durant 24 h. Tout cela pour 4,90 € par mois ou annuellement à 39,90 €, avec en prime un numéro offert de JV le mag ou The Games, la presse papier partenaire d’un site internet, enfin.

Alors, quels soucis ?

Mais pourtant, cette offre premium à laquelle j’adhérais n’est pas la panacée, loin de là. Ce qui me gêne avec ces offres, c’est le manque de transparence du procédé. En effet, si le lecteur obtient un certain nombre davantage élitiste, quid des lecteurs qui n’ont pas forcément à mettre quelques euros dans de l’info sur le Net ? L’offre payante ne remet-elle pas en compte la question de la gratuité du Net qui a finalement taillé à juste titre des croupières à la presse papier qui a si souvent négligé internet et refusé de se moderniser, notamment dans sa relation au lectorat. Si on peut se satisfaire que désormais bon nombre de sites ou de canards papiers ont été obligé de se réformer (je pense à mon JV le mag ou CPC) pour tenter de faire revenir un lectorat qui les avait abandonnés, on ne peut que glorifier internet d’avoir fait pression sur ce milieu lent à se moderniser tels les luddistes du XIXe siècle qui refusaient toute révolution technologique ou plus proche de nous, comme nos taxis du XXIe siècle.

Autre point soulevé : Il est dommage que le lecteur qui souhaite participer à son site préféré ne soit pas informé de l’impact de sa donation dans le fonctionnement du site, et là perso j’attendais que GK ou GB clarifient leur position : quel est précisément l’impact financier de cette mesure ? Après un échange, la réponse du rédacteur en chef de GK fut sibylline : cela ne concerne pas les lecteurs, circulez y a rien à  voir ! Extraits d’échanges sur Twitter où je fus assez surpris de l’attitude méprisante de M. Thomas Cusseau :

Curieuse réaction, face à une question tout simple et apparemment inoffensive :  à quoi sert le coût de l’abonnement du premium ? (en % : quelle part pour les documentaires, les intervenants, …. et sans rentrer dans les détails du sacré saint nombre de personnes concernées). Donc assez incompréhensible comme réaction, et surtout bien loin des belles déclarations d’intention sur le web pour lancer le Premium… quelle tristesse …

Alors, est-ce que le Premium n’est pas l’arbre qui derrière un joli enrobage de nouveaux contenus (de qualité, reconnaissons-le) dissimule un moyen pour monnayer une base de lecteurs auprès d’éditeurs ou d’agence de marketing ? Comme pour obtenir des budgets pubs plus conséquents pour la partie gratuite du site ou vendre les listings profilés des premiums pour exploiter les habitudes de consommation de ces « clients » prêts à investir dans GK et donc potentiellement économiquement viables ? Et là…. ça serait bien moins glorieux (« Voilà nos visiteurs réguliers, voici le nombre d’abonnés que nous avons… votre pub/ notre listing peut donc toucher un lectorat très large » CQFD$$$...).


Ce choix de sauter le pas ou non relève bien d’un choix personnel, chacun balayant devant sa porte sur cette question. Perso, si j’avais choisi ce mode militant de soutien, je suis désormais dubitatif devant une telle opacité.

Est-ce que je  me suis fourvoyé en soutenant ce site qui cherche à diversifier ses revenus pour affirmer son indépendance et fournir un vrai plus à ses lecteurs ? Et contrairement aux affirmations du rédacteur en chef de GK, si j’avais sauté le pas du premium c’était bien une marque de soutien, comme je le fais quand je me rends chez ma kiosquière pour mon JV le mag ou que je reçois pas la poste  mon quotidien (Le Monde). Oui M. Cussereau,  financer  la presse est  un acte militant qui conduit en retour à un besoin de transparence que vous n’êtes pas prêt à franchir ?

Finalement à l’heure du tout numérique, la presse comme d’autres domaines se doit de trouver un équilibre entre services de qualité, à un prix correct pour assurer son indépendance et fournir une information mature, tout en privilégiant les relations humaines.

Alors est-ce que le premium serait la solution à suivre sur le modèle antique de l’abonnement de la presse papier ? Les lecteurs de 2015 seraient-ils prêts à payer pour avoir une info de qualité ? En tout cas, ce manque de transparence a eut effet pour moi de solder l’expérience du Premium, dommage.

Publicités

12 réflexions sur “ [Presse ta life] Le premium de Gamekult/ Gameblog un mal… pour un bien ? ”

  1. Même problème il y a quelques années avec TircTrac, le site de référence sur les jeux de société… J’avoue ne plus trop y aller depuis, quand bien même l’offre gratuite subsiste.

    Aimé par 1 personne

    1. Cru non, mais l’image du Kicksarter est intéressante : Est-ce que GK en appelant au soutien de ses lecteurs pour ne pas disparaître (faudrait revoir les vidéos expliquant le premium, « GK est en danger, blablabla »), ne tombe-t-il pas dans la même démarche de demander des fonds contre du contenu (pour les autres vous aurez un site light) ? En soit cela n’est pas choquant en raison d’un contenu de qualité, par contre en liant comme la fait la team GK, le premium à un renouvellement du site, à un soutien de sa communauté (et j’insiste dessus, sinon pourquoi autant pleurnicher à chaque émission sur son importance : qu’il est truculent de relire la déclaration de Thomas Cusseau « Je tenais aussi à remercier les membres Premium qui nous ont soutenu depuis le début, nous témoignant leur confiance depuis plusieurs mois/années, et qui nous ont aidé à croire dans ce projet un peu fou. « ?) que GK aille au bout de sa démarche : c’est quand même dingue une telle lecture : demander en tant que lecteur – et même pas imposer je n’aurais pas cet outrecuidance – juste un bilan du premium (que représente une cotise dans l’ensemble de la production, ce qui aurait comme intérêt d’attirer de nouveaux lecteurs d’ailleurs et serait transparent) cela est trop demandé ? Punaise, que GK clarifie sa position et cesse ce double discours à la fois « on pleurniche » et on remballe des fidèles lecteurs qui suivent le site depuis 2000… . Enfin, cela ne va pas m’empêcher de dormir je te rassure, une déception vite balayée grâce à d’autres médias plus respectueux de leur lectorat.

      J'aime

  2. Je suis tombé un peu par hasard sur ton article et je tenais à réagir. Je suis inscrit chez Gamekult depuis 2005 (eh oui ça date), j’y passais quasiment pas les 2-3 premières années, puis un peu plus après juste voir l’émission et les tests. Depuis le départ de Choca, Trunks, Poishich et consorts, puis le lancement de l’offre premium, j’ai l’impression d’être passé d’une équipe sympathique entre potes même si parfois blasé, à une équipe hautaine cherchant à paraitre pro et se considérant comme l’élite. Suffit de voir parfois comment ils parlent de leurs lecteurs (notamment dans une des vidéos des 15 ans).

    En bref, j’ai du mal à accrocher aux nouveaux (surtout Stoon), en plus de certains anciens auxquels j’ai jamais adhéré, je trouve la plupart de leurs tests complètement à la ramasse avec une notation incohérente (trop dur sur certains jeux, trop gentil sur d’autres, des points passés sous silence…), Yukish bizarrement je le sens pas (et j’ai un sacré 6e sens pour ça) avec un air « on est gentil, on est transparent » qui cache quelque chose, comme tu dis dans l’article pour Gameblog, je ressens aussi le forcing pour passer premium à base de « abonnez vous pour nous aider », « y’a un mois gratuit », « sans vous on aurait pas pu faire ce contenu, même si on le met à dispo gratos » que ce soit dans les émissions, les dossiers, sur twitter… Ils ont aussi la fâcheuse tendance de pas tenir compte des remarques des lecteurs, tant que c’est gratuit limite on a rien à dire, mais quand on paye, c’est autre chose…

    Aimé par 1 personne

    1. +1, oui j’ai eu le même feeling avec ce site, certes vétéran du web, mais dont l’évolution me plaît guère : cet aspect pro friendly a quelque chose qui m’horripile également, cela sonne faux et finalement, demeure assez hautain, surtout quand on demande en tant que contributeur un tant soi peu de transparence.

      Aimé par 1 personne

  3. Je suis absolument ravi pour ma part de la prestation proposée !
    Les dossiers et articles sont d’une qualité dont je me délecte à chaque lecture(parfois tellement conséquent qu’ils dépassent l’heure de lecture !)
    Ils vont même jusqu’à proposer des regroupements d’article appelés cahier (celui sur Dragon Quest ou Zelda sont particulièrement réussi)
    Ça vaudrait le coup de faire une MAJ car GK est now dans le collectif PresseLibre qui regroupe tout un tas de site qui envisagent la presse autrement
    D’ailleurs leur offre me fait furieusement envie ^^
    Ne parlons pas de CanardPc avec leur KickStarter Sur Financé en vue de faire un site de presse vraiment atypique dans le paysage on pourrait presque dire Mondial
    Bref ça bouge pas mal je trouve dans le domaine et ce n’est pas pour me déplaire même si je suis encore très presse « Papier »

    J'aime

  4. @octopaddaone : Tu avais pu avoir des réponses sur « a quoi sert les sousous des premiums » ou pas ?
    Quid à la date du 02/10/2016 tu es tjs en mode soutien ?
    Il faut quand même louer le fait d’avoir un code de partage à chaque article pour en faire profiter un lecteur « lambda » 🙂

    J'aime

  5. Alors pour la réponse sur la gestion des Premiums : NADA. J’ai toujours du mal à comprendre une telle opacité ! Sans révéler les secrets des Dieux mais indiquer le poids des premiums dans les projets, cela ne relève pas d’un secret d’Etat… à moins que ce fameux poids n’est pas si important et que cela reste du vent, comme un effet d’annonce. Enfin ne soyons pas parano, mais cela est triste et tellement parisien ce mépris. J’ai repris un mode soutien pour pouvoir potasser leurs très bon dossier sur le Japon (notamment Dragon Quest et Zelda comme tu l’as noté), mais en ce moment le manque de dossier, me pose à me demander si je ne vais pas résilier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s