[De quoi les Amiibo sont-ils le nom ?] Leurs fabrications – partie 2

Après avoir vu l’origine des Amiibo de Nintendo, ainsi que leurs fins financières, arrêtons-nous un instant sur leurs fabrications, sujet peu développé sur le net. Et disons-le tout de suite : quelle galère pour trouver le lieu d’origine de fabrication de simples jouets ! Mais après une petite enquête grâce au Saint Internet que j’ai abondamment consulté, voici un bilan de mes pérégrinations numériques.

Pourquoi une telle recherche ? Suite à une conversation avec Hujyo, désabusé face aux pénuries organisées par Nintendo dans le but de créer une spéculation honteuse autour de ces figurines, je m’étonnais des diverses finitions des Amiibo et me posais bien des questions sur leurs fabrications. En effet, ce qui saute aux yeux parmi les 52 modèles sortis à ce jour est leur finition globale : entre d’un côté les figurines « humaines », réalistes, et de l’autre celles plutôt « cartoons/ dessins animés ». Pour faire simple, petite comparaison entre l’horrible Link (humain) et le mignon Kirby/ Pickachu en 2 images :

link-amiibo

Y’a pas photo sur la qualité entre les deux photos, non ? Ainsi, si l’on peut trouver kawaï bon nombres d’Amiibo, une autre partie déçoit (Link adulte, Ganondorf, Samus,…) par des détails au niveau du visage grossier, des regards vides (poisson mort style !), des traits trop seyants, des couleurs fades etc.. Pourquoi un tel écart entre ces figurines ?

Où sont-elles fabriquées ?

Cela dépend tout d’abord de leur mode de fabrication. Après recherche, il est possible de savoir via le package de ses amiibo l’origine de la figurine : au dos des boites un code en surimpression comportant des numéros/ lettres identifie la date et le lieu de production de la figurine (source reddit.com en anglais) : en résumé pour Toon Link (n°22), son code 454w2 signifierait :

45 : semaine de production

4 : l’année 2014

W (ou S) : son lieu de production en Chine (la province de Guandong, « S » pour l’arrondissement de Dongguan)

2 : ? Ligne de production ?

Ainsi, mon Amiibo Toon Link a été construit dans la grande et riche province de Guandong au sud-est de la Chine, dans l’une des premières zones économiques spéciales chinoises ouvertes aux capitaux étrangers dans les années 80 (Shenzhen, Shantou et Zhuha). Ces villes côtières attirant de nombreux capitaux étrangers sont devenues de gigantesques usines-dortoirs alimentées par une migration rurale massive contribuant aux baisses des coûts et à leurs succès mondiaux. De nos jours, bien souvent des reportages nous rappellent les conditions abominables de vie ou de travail de ces cohortes prolétaires qui pour un salaire de misère produisent ces biens dont raffolent les pays développés.


Travailleurs, travailleuses ! Petit encart sur la situation des petites mains qui les fabriquent

Si la situation s’améliore toujours trop lentement mais sûrement plus rapidement que celle vécue par les ouvriers européens des révolutions industrielles du XIXe/ XXe siècle, ces figurines nous renvoient à la société de consommation dans laquelle nous vivons et qui prospère par un commerce devenu mondialisé. Loin de cracher sur cet état de fait qui a favorisé un enrichissement conséquent des nations, on ne peut que constater que ces investissements ont contribué au boom économique chinois des années 80, car avec son ouverture économique n’oublions pas que la Chine a connu un développement ultra accéléré – avec tout les conséquences sociales et environnementales que cela sous-entend – en une trentaine d’années son PIB/ habitant fut multiplié par 6,5, nombre que les pays européens ont mis plus de 900 ans à obtenir ! Si le pays rattrape à vitesse grand V son retard économique, le visage de la Chine se transforme radicalement : diminution de la pauvreté, essor d’une classe moyenne (qui aspire à plus de libertés et fera sauter un jour l’autoritarisme du pays) et d’une mobilisation sociale nouvelle de plus en plus forte donnant lieu à de nouveaux droits sociaux pour les ouvriers (hausse de salaire, logement, congés…). Bien entendu, ce paradis socialiste est loin d’être un paradis sur terre, et bon nombre d’abus ont de quoi révolter (ici un très bon article en anglais) : horaires de fou, salaires toujours de misère, désespoir d’ouvriers qui poussés à bout se suicident (comme sur le site à Shenzhen de Foxconn qui fabrique nos Ipads, iPhones et aussi consoles comme la Wii de Nintendo, Ps4, …). Est-ce que le développement est à ce prix cruel ? A chacun d’y répondre.


Qui les fabrique ?

Revenons à nos canards laqués : ayant donc trouvé l’origine de fabrication de nos Amiibo, dans la chatoyante (et très polluée) ville de Shenzhen, se trouve l’usine homonyme de Shenzhen Dongyuan Toys Co., Ltd. Employant entre 100 et 200 employés d’après la fiche de présentation – en français svp – pour 10 lignes de production et un chiffre d’affaires de 5 à 10 millions de $, on se trouve devant le type d’entreprises chinoises « OEM », qui fabriquent sous licences (ou pas) différents jouets, et l’on reconnaît facilement les produits Marvel, DC Comics, Disney, Nintendo… .

Voyons donc la rubrique Amiibo dans Home > Product Categories > Vinyl Toy > et choisissons un Amiibo qui a donné des nuits blanches à Hujyo pour l’obtenir le fameux « Animated Amiibo Villager Vinly Toy With Super Smash Bros Series« .

Et là je sais que mon poteau va avoir un électro-choc en raison de sa rareté dans les rayons des supermarchés du coin : la capacité de production de l’usine est de 100 000 pièces par mois et le coût à l’unité… je vous le laisse découvrir par vous même (prix de vente moyen constaté en Occident de 14€).

Quels procédés de fabrication ?

Étant en matière plastique les Amiibo sont créés à partir de matières plastiques diverses : PVC, caoutchouc ou encore Vinyl. Mais selon la forme de l’Amiibo, deux techniques sont utilisées, qui peuvent expliquer leurs aspects finals entre ceux Kawaï et les ratés : le Moulage par injection ou le rotomoulage. La première technique qui consiste à injecter dans un moule des billes de plastique ramollies avant d’être chauffées dans un moule, permet d’obtenir des pièces très précises. On peut penser que les Amiibo « humains » sont issus de ce moulage par injection. Pour la seconde manière, le rotomoulage consiste à introduire des billes de plastiques dans un moule chauffé en rotation créant des objets creux (et donc les fameux Amiibo arrondis tels que Mario, Kirby, Pacman…). Ensuite, les figurines sont peintes sur place, et il est fort à parier qu’elles le sont pièce par pièce ! Comme le laisse imaginer cette capture d’écran du site web.

J’ai des sueurs froides en pensant aux personnes chargées de peindre l’Amiibo Samus ou Ganondorf….

*****

Ainsi les Amiibo, objets pleinement intégrés dans notre mondialisation capitaliste voient le mystère de leurs fabrications se dissiper grâce à octopaddle.fr 🙂

ha oui j’oubliais, si vous avez des questions n’hésitez pas à contacter le Service clientèle de l’entreprise, mention spéciale pour « Christine » ou « Magan ».

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire et en cas de réutilisation sur un autre site web, n’oubliez pas de nous citer, cela fait toujours plaisir.

Publicités

3 réflexions sur “ [De quoi les Amiibo sont-ils le nom ?] Leurs fabrications – partie 2 ”

  1. Ah ! Enfin un article socialement engagé, ça fait plaisir. Mais tu vas hurler quand tu vas voir celui que je vais poster sur la robotique au Japon !

    J'aime

  2. les visages des figurines « humaines » sont toujours problématiques et rares sont les figurines bon marché à bien s’en tirer à ce niveau là. Alors que dès que le bonhomme a un masque ou une tête de « monstre », ça passe tout de suite mieux!

    J'aime

  3. Très informatif !
    Et belle enquête dans les coulisses de l’industrie chinoise et de son essor. Sait-on si depuis la qualité des différents perso s’est quelque peu amélioré pour devenir uniforme suivant perso humain et autre + fantasmagorique ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s