[Test#15] Alien isolation, dans … votre bureau TOUT le monde vous entendra hurler !

Devine, qui vient (te) manger ?

RVA finale
article publié le 08/10/2014

Enfin, la galette de ce jeu tant attendu est arrivée dans ma jolie boîte à lettre. Après mes déboires pour installer Windaube 8.1 (version officielle achetée en plus), des déboires de MALADES qui m’ont bien pourri mon week-end devrais-je dire  : formatageS, plantageS, fragmentationS du disque dur de mon Mac à priori irréparable … J’étais à deux doigts de terminer dans un Apple Center, sans l’intervention exceptionnelle du SAV de l’Apple Care. Ainsi, j’ai pu finir mon installation dimanche dernier pour qu’il soit prêt le 7 octobre date de sortie officielle du jeu. L’attente fut longue, et c’est peu de le dire…  Jour 1 : La franchise Alien si souvent malmenée, semble avoir trouvée chaussure au pied du xénomorphe grâce au très bon boulot de Creative Assembly. On sent le jeu mené aux petits oignons, et quand j’ai appris par excellentissime podcast ZQSD.fr qu’une édition spéciale comprenant un DLC permettant de jouer l’équipage d’origine du Nostromo (bref celui du premier film), j’ai bondi sur cette édition vendue à 39,90 € !

Punaise, refaire le premier film, le kiff.

En vrai fan de la série, je me souviens encore de la baffe lors de sa première vision pour moi (mais Aliens, le n°2 restera mon favori, et je ne peux que conspuer le gâchis criminel de Gearbox pour avoir loupé leur Alien Colonial Marines). Mais qui dit avoir le jeu, ne dit pas y jouer de suite sur PC. Car là, il s’installe doucement sur mon bô iMac (ha les loooooooooooooooooongues installations PC alourdies par les mises à jours récurrentes de Steam, j’avais oublié… n.b. pour plus tard : toujours installer un jeu PC 2h avant d’y jouer).

  cela faisait longtemps, une si bonne flippe !

Jour 2 : Bon l’installation est enfin terminée …. mais je lancerai le jeu demain … oui, pour être frais et ne pas ressembler à un xénomorphe au boulot, je dois céder aux bienfaits d’une bonne nuit de sommeil !


Jour 3 : Enfin de retour à mon domicile, repas rapide, enfants couchés et épouse au sport … je lance le jeu et prend directement le DLC tiré du film « l’équipage doit être sacrifié », permettant d’être dans la peau d’une Ripley ou d’un des membres du Nostromos (Hash mise à part… quel dommage, sa mort aurait été moins douloureuse pour les connaisseurs du film vis-à-vis de ce félon !). Pour être dans l’ambiance, lumière du bureau éteinte et je plonge dans les couloirs tonitruants du Nostromo… quand soudain, faute à un contraste volontairement profond du jeu, je vois une forme se mouvoir, s’approcher trop rapidement de moi. Pris de panique, je me plante de touches entre un Z et un S mal placé, et sursaute avec un pouls qui grimpe à 200 quand ma femme surgit en même temps que le xénomorphe (ou inversement) dans la pénombre de mon bureau :)) !!! Putain, cela faisait longtemps une si bonne flippe ! Bon, n’arrivant pas à jouer du clavier (faut reprendre ses marques), je décide de lancer l’aventure principale avec la fille de Ripley qui part retrouver la trace de sa mère pour maîtriser le gameplay du jeu et me promet de me replonger dans le DLC, une fois l’aventure principale terminée.

on aperçoit, tombant d’un conduit, sa salive…

Tout d’abord, les graphisme claquent pour plusieurs raisons : les effets de lumières alternant avec les zones sombres, baignent un environnement calqué au millimètre près sur le film « Alien, le 8e passager« . On peut tirer notre coup de chapeau à Creative Assembly devant l’ultra fidèle retranscription de l’univers du film, volontairement désuet de nos jours avec ces consoles de commandes basées sur des oscilloscopes des années 80 et autres couloirs composés de tuyaux en plastiques/ métalliques, courants dans les films de SF de cette époque (cf Star Wars entre autres).

 Les phases de jeu alternent entre recherche de chemins, décryptage de porte par le biais d’un transpondeur et jeu du chat et de la souris avec tantôt le xénomorphe ou parfois l’environnement humain/ androïde souvent hostile de la station orbitale Sebastopol. Et là est une certaine qualité du jeu, on n’est pas dans un stress permanent vis-à-vis du xénomorphe, bien que l’on sent son ombre menaçant ou l’on aperçoit, tombant d’un conduit, sa salive acide (punaise cela fait son effet). Du moins, ayant joué déjà 8h, j’ai franchement passé un bon moment, bien que le terme soit peu approprié dans le contexte de ce jeu ^^. On est agréablement surpris devant les réactions du bestiaux ou de l’IA des pnj qui réagissent selon les situations : se planquer dans un placard n’est pas une solution miracle quand on vous course ! Ainsi, à titre d’exemple, tombant sur un humain hostile, ce dernier se met à me tirer dessus, attirant le xénomorphe qui se fait une joie de le raccourcir, me permettant de passer et de me planquer dans un placard… mais la planque n’est pas un havre de paix invincible : ce dernier peut être défoncé violemment par l’Alien après avoir humecté votre cachette, vous obligeant à stopper votre respiration et espérer que ce dernier passe son chemin… .

Pourvu qu’il me voit pas … et surtout ne pas marcher sur sa queue (testé et cela fait très mal).

De même, que tenter de fuir devant l’Alien … que nenni, une belle brochette, dont vous faites désormais partie quand la queue du xénomorphe vous transperce le thorax, viendra vous rappeler votre triste condition de bidoche humaine.  A noter les petites cut-scènes lors de votre mise à mort sympas et assez gores.

Viens faire bisou (capture perso et sur le vif !)

Alien remplit donc son contrat : flippe, stress, empathie pour l’héroïne et clin d’œil enfin à la hauteur du film par des amoureux de la licence. Si l’on peut mettre un bémol, mais vraiment un petit, cela concernerait les allez-retour et l’immensité apparente des niveaux. Il est vrai que parfois on se trouve un peu perdu dans la station, bien qu’une carte soit là pour vous guider. Je pense qu’il s’agit d’une volonté délibérée des développeurs pour laisser le joueur dans un état anxiogène, et si cela se ressent, cela demeure encore léger et évite de tomber dans le rejet total du jeu (comme j’ai pu le vivre avec un Resident Evil 6). J’ai hâte de voir la fin du jeu, car franchement je suis à fond dedans et m’y remet dès que possible. Merci à Creative Assembly pour cet excellent jeu qui parle tant au fan d’Alien, et fait enfin honneur à cette grande série du 7e art.

Hà la voilà l’origine de tous nos soucis … elle ne pouvait pas faire gaffe ?

Une petit vidéo de Gameplay pour faire envie, faite par un p’titcanard PC, Saosul, très sympa :


J’en profite pour faire de la pub pour une excellente initiative de la ville de Lyon lors du Festival Lumière (Lyon, n’oublions pas est la capitale de l’invention du cinéma, hé oui) consacrée à la rediffusion durant la nuit du 18 octobre des 4 films de la saga (bon le 4e est dispensable) avec petit-déjeuné le matin (et dortoir pour les plus fatigués derrière l’écran !), plus d’infos ici.

 

Publicités

2 réflexions sur “ [Test#15] Alien isolation, dans … votre bureau TOUT le monde vous entendra hurler ! ”

  1. Il m’attend sagement sur ma PS4 celui ci ! et il ne perd rien pour attendre
    Alien une histoire d’amour absolu en ce qui me concerne
    Franchise découverte il y a bientôt de cela 27 ans avec une VHS de AlienS prêté par un ami
    A mon âge il me fout une flippe pas possible mais en même temps l’univers, les perso et l’antagponiste ce cher Alien est si fort que je tombe accro direct
    J’ai découvert le 1 après niveau chronologie du coup (a la faveur d’une diffusion sur FR3 en plein mois d’août à mon souvenir !) et la baffe fut encore plus magistrale
    Le 3 dès sa sortie c’était go au ciné en 92 (pas encore 12 ans j’angoissais de ne pas pouvoir pénétrer dans la salle obscure ahah)
    Le 4 me procure moins d’effet mais reste attachant

    BREF tout ça pour dire que le fan que je suis est encore plus hypé par ton test (ambiance anxiogène comme je la rêve, graphisme sompteux, ambiance sonore au top) ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s