[Tutos du poulpe#16] Faire son jardin japonais – le Chashitsu

Pour clore cette série d’articles sur la façon de réaliser un jardin japonais en hommage aux jeux vidéo et aux mangas de notre jeunesse,  nous allons aujourd’hui étudier la confection d’un Chasitsu. Ce nom évoquant vaguement un félin en train de faire ses besoins naturels de façon incommodante, veut en fait dire « maison de thé ».  Il s’agit d’un élément typique que tout papa-gamer nostalgique a forcément croisé et reconnu à maintes reprises dans les jeux vidéo rétro… et d’une aubaine pour combler mes deux garçons en demande permanente de cabane, tout en respectant l’esprit du lieu.

Après le torii, qui marquait l’entrée du jardin et aboutissait directement sur les chemins et fontaines, ornés de nombreuses décorations et végétation typiques, le Chashitsu, à l’autre bout du site, représente le clou du spectacle.

Pose des poteaux de base

 

Le Chashitsu a été réalisé à partir d’un vague plan free-style dessiné sur papier à carreaux, nécessaire pour avoir une harmonie de forme, un peu comme pour le torii à l’entrée du jardin.

Bétonnage et égalisation des poteaux

 

L’idée principale était de ne pas dépasser une certaine hauteur de toiture, de peur que la construction ne jure trop au milieu du jardin, et d’ajuster toutes les dimensions à cette hauteur maximale.

Pose des premières lambourdes

 

La seconde idée était de pouvoir avoir suffisamment d’espace au sol à l’intérieur pour pouvoir mettre un petit couchage, de style chauffeuse, et permettre aux enfants d’aller dormir dedans l’été.

Structure de base

 

Néanmoins je regrette aujourd’hui de m’être limité au strict minimum : je pense que j’aurais dû ajouter un bon mètre en largeur et en longueur pour la plateforme principale. Il est évident que cette cabane ne respecte pas la disposition d’un Chashitsu traditionnel mais il en respecte l’esprit général.

Pose des tuiles

 

Les matériaux utilisés ont en partie été récupérés sur les restes d’autres travaux de rénovation : poteaux, mortier, planchers, lambris, planches de palettes, tasseaux, tuiles, laine de verre,  chevrons, canisses, quincaillerie, visserie, clouterie, gouttières, électricité, etc.

Masquage des tuiles à l’aide de vieilles canisses

 

Il a fallu mettre au bout et réinvestir pour les chevrons, les gouttières et les lambris, notamment, ainsi que pour la quincaillerie : qu’est-ce que ça peut bouffer en vis, un structure comme ça !

Le plancher

 

Tout acheter à neuf reviendrait à un coût total situé entre 800 et 1000 euros, traitement du bois compris, ce qui, comme vous pouvez le constater, revient tout de même très cher.

Les cloisons, faites à l’aide du plancher restant

 

Les enfants adorent jouer dans la cabane, surtout ma petite dernière, et surtout quand il y a des invités.

Les ouvertures : des panneaux coulissants en planches et tasseaux

 

Le plus grand, qui avait réclamé la cabane à corps et à cris, et ne cessait de bouder pendant les trois semaines de construction (ça n’allait pas assez vite pour lui), a du y jouer en tout et pour tout deux heures, avant de s’y désintéresser complètement : hé oui, c’est ça aussi l’entrée au collège !

Finitions des ouvertures à l’aide de plexiglass : le Chashitsu est presque terminé

D’ailleurs, quand il invite un copain, ils préfèrent planter une tente dans la pelouse et dormir dedans plutôt que d’aller dormir dans la cabane. Faites des gosses, qu’on vous dit.

Les cloisons extérieures sont entièrement démontables sans outils.

La structure peut évoluer, comme on peut le voir sur cette photo : il est possible d’en faire, par exemple, un espace de méditation, ou un endroit pour poser une sono, d’autant que la cabane peut être alimentée en électricité.

Isolation et parement des cloisons intérieures. Installation électrique.

Ouvrir la cabane facilite également son nettoyage chaque année.

Vue de l’intérieur : un adulte peut tout à fait s’y tenir debout.

J’y ai déjà dormi une fois, en plein hiver, tellement mon deuxième fils hurlait la nuit.

Ajout de gouttières et de décorations

Je crois qu’au final je n’aurais jamais bu un thé là dedans.

Ajout de caillasses autour de la structure

Depuis, la palissade a été complétée et la cabane a trouvé sa place dans le jardin.

La cabane au printemps 2014, trois ans après sa construction.

En tous cas la structure tient bon, depuis 2011, rien n’a bougé à part les canisses du dessus de la toiture qui se sont fortement dégradées suite à un violent orage de grêle.

Le reste du jardin, vu de la terrasse de la cabane

Ce sera tout pour cette ballade dans les jardins inspirés des jeux vidéos japonisants… J’espère que cela vous a plu ! A bientôt pour d’autres articles.

Articles précédents sur mon jardin de style japonais :
le torii
les chemins et fontaines
décoration et végétation

Publicités

2 réflexions sur “ [Tutos du poulpe#16] Faire son jardin japonais – le Chashitsu ”

  1. Alors moi je dis bravo. Tu me fais rêver là. je suis allé trois fois au Japon, et je me suis toujours dit que le jour au j’aurais une maison et du terrain, je ferrais un petit pavillon japonais, avec un Jardin Zen. Je suis bluffé et admiratif du boulot que tu as fait. UN GRAND BRAVO. ET tes lampions tip top, l’ambiance de ton jardin et vraiment comme là bas ;-).

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s