[NostalTévé] Retour sur la chaîne C :

La chaîne C: (lire « Cé deux points ») fut diffusée de 1996 à 1998 sur le bouquet Canalsatellite. Si, si ! Souvenez-vous papa gamers, c’était l’époque de Canal plus bleu et jaune, où Jules Edouard Moustic animait encore l’émission CANAL International, l’ancêtre de Groland, dans l’émission Nulle Part Ailleurs. Tout un univers…

C: fut ainsi la toute première chaîne française consacrée aux jeux vidéo, à l’informatique et à la culture geek. On parlait alors davantage de culture « cyber » et de cyberespace, deux expressions aujourd’hui complètement galvaudées. Malgré ce précédent remarquable, il est difficile de retrouver des traces de cette chaîne, à l’ambiance étrange et décalée, ne serait-ce qu’à cause de son nom peu ordinaire. D’ailleurs, s’agissait-il d’une chaîne à proprement parler ? Les souvenirs des spectateurs sont parfois confus sur les contenus qu’elle proposait.

Comme vous êtes supposés le savoir, C: représente à la base une lettre de lecteur, pour être précis, la lettre générique du disque dur d’un ordinateur. A: et B: désignaient alors les bons vieux lecteurs de disquettes, et D: les lecteurs optiques, encore en service de nos jours. Avec cette chaîne, on entrait donc directement dans la vie de l’utilisateur avancé d’un PC. Au niveau informatique, c’était l’époque des Pentium II… ! Et au niveau de l’esthétique de la chaîne, on avait l’impression de nager en plein MS-DOS… Nombreux écrans noirs minimalistes, ou au contraire couleurs psychédéliques sur fond de musique techno, rappelant les Demoscenes sur Amstrad CPC ou sur Atari ST. Grâce à cette chaîne, j’ai ainsi découvert l’excellent Tin There d’Underworld, qui était alors le titre phare de Wipeout 2097 sur Playstation 1, et me suis de fil en aiguillé orienté vers la musique électronique, alors que je n’écoutais encore que du rock’n’roll à la papa.

Ci-dessous : vidéo du lancement de C:, parfaitement dans l’esprit de la chaîne.


C:
avait aussi un site internet, http://www.cpp.fr, qui n’existe plus aujourd’hui. Il symbolisait l’effort de développement des réseaux informatiques en France à la fin des années 90, comme je l’ai déjà évoqué dans un autre article. Mais là où la chaîne C: faisait très très fort, c’est qu’elle était associée à un second canal, nommé Cdirect, qui n’offrait qu’un écran noir, mais permettait, selon la plage horaire choisie, de télécharger des logiciels à très haut débit via satellite, en reliant le décodeur Canalsatellite au PC. Il fallait compter un abonnement mensuel de 50 francs par mois pour accéder au service, en sus de l’abonnement Canalsatellite, ce qui était cher, pour l’époque, sans compter que certains logiciels nécessitaient de payer un extra.

Du reste, quatre-vingt pourcent de la programmation  de la chaîne C: représentait des clips de tests à orientation publicitaire pour ces logiciels, dont certains étaient des jeux. Ca tournait en boucle, c’était parfois chiant, parfois drôle, parfois rythmé par de la musique très underground, mais c’était un premier pas dans la « télévisualisation » de l’informatique et des jeux vidéo.


C’est loin tout ça, mais c’était vraiment à part et j’adorais cette ambiance, qui faisait écho à mes passions de l’époque. Quelle que soit l’heure de diffusion, j’avais toujours l’impression d’être le seul au monde à regarder cette chaine. Plus geek que ça, tu meurs…

Mais il ne faudrait pas oublier que C: proposait de véritables programmes, et pas des moindres ! J’ai ainsi découvert Les Chroniques de la guerre de Lodoss, qui au début m’attiraient par ce petit côté Tolkien débridé (j’étais dans ma période fantasy), et qui ont vite fait de me blaser, puisque ce manga faisait clairement la transition entre les animes de grande qualité de mon enfance (Saint Seiya, Dragon Ball…) et le manga animé actuel, basé majoritairement sur des dialogues très longs et des travellings statiques. Du reste, j’ai longtemps considéré Lodoss comme la quintessence de cette tendance japonaise à l’économie.

Mais je me suis réconcilié avec le manga télévisé grâce à Neon Genesis Evangelion, cet anime devenu culte, et il y a de quoi. Cette œuvre étrange, à mi-chemin entre Nietzsche et Goldorak, allait parfaitement de pair avec l’ambiance de la chaîne C:. Et puis c’était de la VOSTF, s’il vous plait !

De même, C: nous servait de la VOSTF pour une série humoristique typiquement Britannique, à savoir The Red Dwarf, que seule une petite poignée de connaisseurs peuvent se vanter de connaître en France. Je ne m’étais pas autant éclaté depuis The Monty Pythons’ Flying Circus… Car The Red Dwarf, c’est ni plus ni moins un Objectif Nul à l’anglaise, mais en beaucoup plus évolué : un équipage perdu dans l’espace à bord d’un vaisseau, et en avant les aventures débiles. Le générique de la première saison avait même quelque chose d’inquiétant :

Ci-dessous, le début de mon épisode préféré de Red Dwarf, avec l’introduction de Ace Rimmer, une parodie vivante d’Indiana Jones. De quoi bien rigoler, même si vous ne parlez pas un mot d’anglais :

C: proposait aussi de drôles d’émissions, telle que « Branché » une émission québécoise sur le cyber, qui mettait en scène un trio de journalistes spécialisés allant faire des reportages sur la culture numérique au Canada. Leur accent était déjà dépaysant et drôle en soi. Mais je me souviens d’un reportage sur « l’internethon » : cet nouveau sport consistait… à rester éveillé le plus longtemps possible en surfant sur internet. L’événement était organisé chaque année dans les cybercafés de Montréal, et on voyait des mecs s’endormir au fur et à mesure sur leurs claviers… jusqu’à ce qu’un vainqueur, ivre de fatigue, soit désigné. Qu’est-ce que j’avais pu rigoler avec ça ! Mais impossible de retrouver la moindre trace de cette émission.

Enfin, la chaîne C: proposait beaucoup de petits intermèdes curieux, sous forme de courts métrages, un peu comme les « surprises » de Canal plus. C: a ainsi diffusé au goutte à goutte et sur des plages horaires improbables les fameux Document Interdits de Jean-Teddy Filipppe, faux documentaires amateurs flirtant avec le paranormal, et faisant sacrément flipper !

C : a finalement été remodelé : elle est devenue Game One le 6 septembre 1998. Le canal Cdirect a été conservé un temps, puis supprimé. Game One , initialement composée de la même équipe que C:, nous a amené de beaux moments : j’y ai découvert, entre autres, Ocarina of TimeGame One n’a peut être pas atteint son objectif initial de devenir la première chaîne européenne du jeu vidéo, mais a su s’adapter au paysage audiovisuel et existe toujours, forte de son succès.

 

Le public a changé. J’ai éteint ma télé en 1999, un peu après avoir joué à Ocarina of Time. Je n’y trouvais plus aucun intérêt. Je ne l’ai rallumée qu’en 2011, pour mes enfants. Je ne la regarde plus désormais qu’avec eux, par dessus leur épaule, pour voir si leurs programmes ne sont pas trop débiles (je ne suis généralement pas déçu du voyage). Mais existe-t-il encore des chaînes expérimentales telles que le fut C: ? L’audiovisuel n’est-il pas devenu trop aseptisé ou fermé pour cela ? La question reste ouverte aux connaisseurs.

Publicités

7 réflexions sur “ [NostalTévé] Retour sur la chaîne C : ”

  1. je me souviens de cette émission, assez barrée mais je n’étais pas fan, car perso pour moi à part Xfiles, je m’étais un peu déconnecté de la TV, chose qui perdure de nos jours comme toi d’ailleurs. C’est intéressant de voir comme on est plusieurs à s’être éloigné de ce média, remplacé par internet alors que notre génération a littéralement baignée dedans. Lueur d’espoir pour nos ados et leurs réseaux (a)sociaux ?

    Aimé par 1 personne

  2. Ah ouais, X-files m’a aussi fait un peu tenir sur la télé quand j’étais ado, mais en 98-99 on était quand même sur le déclin de la série, d’où mon abandon assez brutal de la télévision (pas pour internet, du moins pas tout de suite, je ne l’ai eu chez moi qu’on 2005 avec mes premiers salaires, c’était déjà l’ADSL) ! J’ai longtemps boudé les médias audiovisuels, du reste. Mais les réseaux sociaux sont difficiles à bouder car il y a interactivité là où la télé ou le cinoche te balance tout à la figure et t’endoctrine puissamment. Après on te dit « oui mais il y a une offre importante de chaînes, etc ». Je pense que le vrai choix est d’appuyer sur « off » de la télécommande.
    Pour en revenir aux ados, je pense qu’il faut contrôler fortement, et je suis même pour ne interdiction pure et simple, au moins avant qu’ils aient fait leurs preuves (vers 15 ans, s’ils ont une scolarité honorable) et autoriser les accès au compte gouttes, quitte à aller au clash, à radoter… Par contre, il faut absolument interdire l’accès à Facebook, qui est beaucoup trop nuisible. Là je n’ai jamais transigé, et je suis obligé de contrôler également les grands-parents qui par ex. prennent des photos de nos gosses, et leur rappeler de ne rien balancer sur internet les concernant, parce que dès qu’il s’agit de se la péter, c’est pas les derniers loin de là.

    Aimé par 2 people

  3. Pour ma part, Lodoss reste toujours une valeur sûre malgré quelques musiques plagiées. Il faut dire que les dessins de Nobuteru Yuki, c’était un choc cette découverte pour moi. Il n’y avait pas tant de dialogues que ça, et chaque épisode avait son lots d’actions … Pour l’animation et ses travelling, c’est clair et net ça oui.

    C:, c’était pour moi ce souvenir d’avoir pu découvrir Evangelion en VOSTFR. C’était la seule chaine à proposer la série ainsi. Et il arrivait même que certains épisodes étaient diffusés avant la commercialisation des VHS de Dynamic Vision (les VHS ne pouvaient être copiés quant à elles à cause d’un système de protection).

    Ah oui, reste que C: c’était aussi la chaine qui t’apprenait à installer Winzip, ce n’est pas rien.

    Aimé par 1 personne

  4. Il me semble même qu’Evangelion a été diffusé sur C: avant même la sortie en VHS… en tous cas je l’ai vu avant de voir les cassettes à la vente.
    Puisqu’on en parle, voici un petit lien vers une interview tout fraîche de l’auteur d’Evangelion, qui prédit la fin de l’animation japonaise d’ici 5 ou 10 ans : http://www.journaldugeek.com/2015/05/25/lanime-japonais-est-condamne-dapres-le-createur-devangelion/

    Aimé par 1 personne

  5. Merci pour cette belle replongé avec ce précurseur qui ouvrit la voix à GameOne et encore plus tard NOLife
    Une chaine quand même assez élitiste et comme tu dis bcp devait se dire « On doit être 10 en France à matter ce truc »
    Un vrai beau patchwork en tout cas de culture manga et dans une moindre mesure il me semble d’après ton récit d’émission typiquement gaming
    En tout cas c’était vraiment révolutionnaire cette histoire du CDirect (quoique Nintendo et SEGA avaient tenté ce genre de chose par le passé)

    Aimé par 1 personne

  6. Oui, tu veux parler du SEGA MEGANET dès 1990 au Japon. Dès 1990, un service de jeu en ligne, tu te rends compte ! Et aux USA ce fut le SEGA CHANNEL de 94 à 98. Je ne sais pas du côté de Nintendo… mais il est clair que le hérisson bleu a été un pionnier. Le problème, à l’époque, est que celà coûtait cher ! Et le haut débit (ainsi que les choix désastreux de Sega) ont définitivement enterré tout ça.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s