[Test#30] Papa gamers responsables : Minecraft ou pas Minecraft ?

Le succès de Minecraft est par de nombreux aspects incompréhensible, d’où, peut-être, son succès dans un monde toujours plus fou. En effet : ce « jeu » n’en est pas vraiment un et se caractérise par son absence de but clairement identifié, ses graphismes laids, son action minimaliste, son ergonomie rétrograde, et sa narration inexistante. Il est fort possible que des recherches universitaires se penchent un jour sur les raisons sociologiques de l’existence de Minecraft, dans la droite lignée du selfie et autre tablette tactile. N’y voyez pas une critique acerbe : tous ces épiphénomènes trahissent une façon tout à fait recevable de se positionner vis-à-vis d’une réalité compliquée et parfois cruelle. Mais ma vraie question, en tant que papa gamer, est de savoir si oui ou non je dois laisser mes enfants jouer à Minecraft. Que celà va-t-il leur apporter réellement ? Ou bien que risquent-ils à rejoindre ce grand délire constructiviste ?

Autant vous le dire d’emblée : j’ai fini par céder aux doléances de mon ado de 14 piges, et je lui ai acheté le jeu. D’une parce qu’un collègue de boulot m’en a parlé et qu’il a piqué ma curiosité car étant gosse, j’adorais les LEGO. Et de deux, parce que je suis de toutes façons très limitant en ce qui concerne l’usage de l’ordinateur et d’internet, étant donné que la machine est dans ma chambre. Pas d’abus possibles, donc, et contrôle absolu de l’autorité parentale compétente : d’un point de vue éducatif je suis irréprochable !

C’est que Minecraft a ceci d’attirant qu’il se revendique comme illimité, comme la plupart des MMORPG. Et qui dit illimité, dit temps de jeu illimité, addiction, spirale de l’enfermement, désociabilisation au profit d’une communauté virtuelle, etc.

Le collègue de boulot que j’évoquais plus haut a plusieurs ados chez lui et leur a installé Minecraft, avec des systèmes de contrôle bien à lui. Bref, il m’a raconté que les siens y passent des heures, et qu’il était au départ sceptique de les voir ainsi « construire du vent », mais qu’au final, il avait été bluffé par la créativité de ces jeunes, en voyant ce qu’ils avaient réalisé. Et là arrive le grand mot : créativité. Minecraft se revendique de celà, et se fait le grand jeu éducatif du XXIe siècle, enterrant définitivement les grosses daubes d’Adibou et compagnie. Mais là je suis obligé de dire : stop ! D’une part, Minecraft a quelque chose de méchamment capitaliste qui ne me revient pas. On n’apprend pas l’architecture ni la survie dans Minecraft, et encore moins la force de caractère, il faut arrêter ce discours. Du reste, si vous saviez ce que le système éducatif français souffre de cette « créativité » et de cette « expression personnelle » de jeunes qui devraient fermer leur gueule et se remplir un peu la tête…

Car Minecraft reste un jeu, quelque chose qui permet de se détendre, de se vider, en aucun cas de se construire, ou de s’élever, quand bien même on construirait quelque chose : plus de pertes que de gains à première vue. Les mécanismes de jeu, qui sont très pauvres en soi, n’ont pas grand chose de structurant. Je trouve que Minecraft séduit surtout par son aspect métaphysique, que l’on trouvait déjà dans les jeux hyper pixellisés et expérimentaux des années 80. Ce pied de nez au réalisme n’est pas pour me déplaire, si ce n’est son ambition naturaliste revendiquée et affichée (Minecraft comme miroir des sociétés humaines, tu parles).

Si on cédait à tous les caprices des joueurs de Minecraft, ce serait vite le retour à la monarchie absolue.

 

Puisqu’on y est, le succès de Minecraft tient également au fait qu’il se fait réseau social. C’est une sorte de forum ou de chat travesti en jeu. On se retrouve, on papote, on crée un petit truc, on collabore, et puis on montre à papa maman ce qu’on a pondu. Mais cet aspect là ne m’intéresse pas tellement, car pour mes enfants, je préfèrerais qu’ils aient un vrai contact social avec leur amis, en chair et en os. Je suis un peu attristé de les voir s’enfermer dans ces mondes plutôt que d’aller au cinoche ou à la piscine… Donc tant qu’ils continuent à le faire aussi dans le réel, je suis d’accord pour qu’ils se retrouvent également sur du virtuel pour jouer aux LEGO en 3D, même si ça ne pisse pas bien loin. C’est une activité en plus du reste, mais qui ne se substitue pas au reste, qui aura toujours la priorité.

Au final, ce qui me déplait le plus, et qui fait que Minecraft ne sera jamais vraiment éducatif, c’est l’absence totale de narration. Minecraft ne raconte rien, c’est une page blanche, à une époque où on aurait furieusement besoin de grands écrits de culture classique pour constituer des esprits solides. Du reste, Minecraft est au jeu vidéo ce que l’école d’aujourd’hui devient peu à peu : une grande récré, un grand déversoir à pulsions, bref, un grand vide qu’il faut remplir de n’importe quoi à n’importe quel prix. Minecraft a déjà des religions, c’est dire. Pas étonnant, comme pour tout, le vide appelle la bêtise.

Il me semble qu’on a besoin de se construire, de s’instruire tout au long de sa vie, on a besoin d’une base culturelle solide avant de pourvoir s’exprimer, et c’est ce que l’éducation nationale échoue à faire, car les ministres depuis 30 ans veulent que l’école devienne Minecraft : une espèce de lieu de vie créatif et de bien être où l’on n’apprend rien et où chacun amène son vécu et son petit nombril. L’aspect dématérialisé du jeu renforce ce point de vue : c’est l’œuvre d’art ultime, qui ne laissera aucune trace, tel le mandala indien. Peut être existera-t-il un jour un Stendhal ou un Michel-Ange de Minecraft, qu’on étudiera, qui sait ? Mais comme pour tout le reste, il me semble plutôt que notre époque ne lèguera pas grand chose d’autre que du béton, du vent et du plastique.

L’arme ultime : un tube de super glue !

 

Je vous encourage à regarder le film des LEGO, qui en plus d’être très drôle, évoque cette dualité entre la structure paternelle déjà existante, et qui pêche par sa rigidité, et le besoin de créativité d’un petit garçon, qui essaie de faire évoluer les choses. Sans la structure rigide de base, pas de créativité possible : le petit tas de LEGO en vrac sur la table au fond de l’atelier n’intéresse pas le petit garçon. Il lui faut ce modèle qui en jette, cette structure grandiose et interdite qui fait rêver. Et sans cette structure, sans cette créativité qu’elle appelle et qu’elle inspire, pas de révolution possible, et du coup, pas de dialogue possible entre les générations. On a tous besoin de vrais modèles, d’œuvres nées de l’obstination d’un seul. Que la génération du dessus laisse un champ de ruines  après en avoir bien profité en disant à celle du dessous « vas-y, c’est à toi de jouer », trop facile (dixit les Enfoirés) ! Et pour moi c’est exactement ça que Minecraft représente. Heureusement qu’il y a encore de vrais jeux vidéo comme il y a encore de vrais bouquins, de vrais films, qui nous remplissent plus qu’ils nous vident. Dans la même veine, et pour ceux qui aiment la vraie musique, je ne saurais vous conseiller l’excellent Whiplash, qui a beaucoup à dire sur notre société.

Whiplash

 

Alors après cette diatribe « coup de fouet », pourquoi être aussi confiant, et avoir installé ce jeu pour mon grand ? Ben c’est simple : parce que je ne compte pas là dessus pour l’ouvrir au monde. Il y a les autres jeux. Il y a le sport. Il y a l’école (tant qu’on l’aime). Il y a la musique. Il y a les livres. Il y a le bon cinéma. Et donc, au bout d’une semaine de Minecraft, le jeune, eh ben il s’est déjà lassé… 20 balles pour ça, quand même, fait chier… Mais c’est peut être le prix à payer pour que le jeune, « au centre de son apprentissage », découvre la sagesse par lui-même.

Publicités

10 réflexions sur “ [Test#30] Papa gamers responsables : Minecraft ou pas Minecraft ? ”

  1. Pointu et profond, mais je pense que ta vision de l’école un peu restreinte et globalisante : tu penses que tout les enseignants sont à mettre dans le même panier ? Tu le sais bien que le Léviathan Educ nat’ est heureusement contrebalancée par nombres de fournis qui chacune dans leurs coin contribuent aussi à éduquer autrement ces jeunes adultes de demain, non ? Par contre, pour revenir sur Minecraft, oui bien une vaste blague, rien ne vaut les lego.

    J'aime

    1. Je critique surtout les experts en sciences de l’éducation, et les grands réformateurs du ministère, pas les enseignants, qui sont tous très différents. Mais du reste, je critique volontiers la vision utilitariste de l’école, qu’on voudrait être un tremplin vers un métier: n’importe qui né après 1969 ne devrait plus se laisser séduire par ce système de pensée. L’école n’est pas une usine à travailleurs en herbe. Minecraft n’est pas une usine à ingénieurs en herbe. L’une devrait être formatrice pour l’esprit, et l’autre une récréation. Mais les rôles se sont clairement inversés.

      J'aime

  2. J’attendais cet article avec impatience, et je suis content de son contenu. En effet, c’est très recherché, approfondit mais selon moi, certains points sont à « revoir »… Du moins, je n’ai pas le même avis…

    MineCraft, un jeu à l’origine indépendant, racheté par Microsoft il y a quelques mois. L’entreprise Mojang, dirigée par Marcu Pierson ( « Notch » pour les intimes) a sorti ce jeu, sans vraiment de but… Le jeu n’a pas de narration, mais il y a bien, un début, et une fin «  » »normale » » »…. Nous commençons avec rien, et avec le temps on accumule et on évolue, devient plus fort et une fois assez « stuffé », il est possible d’aller tuer le Dragon dans une des trois dimensions du jeu. Outre l’aspect capitaliste, je ne vois pas ce qu’il y a de « mal » là dedans.
    Un joueur débutant, ne sais pas forcément qu’il y a cette fin, (avec un générique, assez sympa, avec quelques vers, et un speech sur l’aventure, la persévérance, l’exploration…), il va alors accumuler, construire de plus en plus de choses, mais finir pas s’ennuyer profondément…
    Alors c’est ici qu’intervient le multijoueur, certes, il n’y a pas de contact social direct, mais cet aspect du jeu est selon moi un des plus important.
    La diversité, la créativité, la stupidité, et l’intelligence de tous est réunie. Grâce aux très très nombreux serveurs existant, l’enfant, l’adulte, le joueur peut aussi bien faire une partie de bataille de boule de neige, se construire un empire et marchander dans un serveur RP, faire un défi de survie avec un mode Hardcore qui se rapproche des « one credit » des jeux d’arcade, faire de la chimie, de l’électronique.
    Oui, de l’électronique, de la musique, certaines productions sont même impressionnantes( je vous laisse aller voir des vidéos de « jukebox music » sur YouTube, certains recréent des calculatrice, réinvente les ordinateurs… C’est en ça que MineCraft est intéressant selon moi, c’est sa diversité…
    J’y joue depuis presque quatre ans, et je m’en lasse pas, aussi grâce au mise à jour régulière.
    D’un point de vue « qualité/prix », acheter 20€ un jeu « moche » « de légo » « sans narration » peut paraître un peu limite… Mais après des centaines d’heures de jeu, je ne regrette rien, surtout quand je vois que le dernier Call of Duty coûte 70€…

    Personnellement je ne sais pas s’il a une fonction éducative cachée, ce que je sais c’est qu’il n’est pas « mauvais », suffit de savoir comment le prendre, sans tomber dans l’addiction(quand on rêve que l’on mine de la pierre dans une grotte, en général, il est trop tard).

    Dernier point: De nombreuses «  » »personnalités » » » on émergées sur YouTube grâce à ce jeu(« Boblennon » et « TheFantasio974, « Zephirr » et j’en passe) que de nombreux jeunes regardent, pour l’inspiration, pour la vie qu’il apporte au jeu aussi, certains créent des séries d’aventures assez variées… même si aujourd’hui trop de personnes « font du MineCraft » sur YT.

    Je suis désolé pour le fils qui a laisser cette mine vidéo ludique au bout d’une semaine… Après, ce sont les goûts et les couleurs comme on dit ^^’

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour toutes ces infos, qui me font réaliser que je ne connaissais quasiment rien à cette communauté, même si son ampleur le laissait soupçonner, d’une certaine façon. C’est sûr : ce jeu va rester dans les annales.
    Après, qu’on y trouve son intérêt en multi, tout à fait d’accord, à ce que j’en ai vu. D’ailleurs je n’ai pas encore compris l’intérêt du mode 1 joueur.
    Pour aller plus loin, dans le côte capitaliste (je vais me faire cataloguer comme un réac’ socialiste écolo) que je trouve dérangeant : vous ne trouvez pas que ce jeu est une mise en abyme de l’exploitation des ressources par l’homme, et qui nous fout en l’air jour après jour ? Maintenant on fout carrément en l’air nos vies sur ces p**** d’ordis (entre autres) à casser des cubes de ressources que d’autres cassent pour nous dans la vraie vie afin que nos ordis tournent.

    J'aime

    1. En premier lieu j’aurais plus penser à l’idée d’un grand enfant voulant continuer à s’amuser, mais avec les technologies actuelles… Mais on peut voir un peu de tout…
      L’idée de cette mise en abyme est tout de même intéressante car discutable: mh… les ressources naturelles telles que le bois, l’eau, les cultures de blé etc… sont présentées comme infinies(c’est encore mieux que durable! 🙂 ), quant aux roches, très importantes dans le jeu, sont quantifiables et elle ne peuvent être régénérées (par le biais de certains bugs mais c’est une autre histoire…). Et effectivement, le joueur mine en risquant « sa vie »…
      Alors est-ce critique? ou simple « anecdote »? Ne connaissant pas les idéaux de Notch, je pourrai juste user de mes préjugés envers les USA… sachant maintenant qu’il est en dépression car il s’est retrouvé avec beaucoup d’argent en ne sachant quoi en faire mon avis est réservé.

      Oui, je cherche moi-même, à mon niveau une solution, non pas de se débarrasser de la technologie, mais plutôt de la créer en respectant la planète et ses habitants, humains ou non. Pour le moment je me contente d’économiser les investissement, n’utilisant qu’un minimum d’outils… Comme l’ordinateur est pour moi essentiel dans ma vie, je ne garde que ça. ^^ (et mes anciennes consoles…).
      J’espère qu’un jour, on trouvera le moyen de créer technologie écologiquement, peut être cela a déjà été fait… Sans partir trop loin, la voiture électrique émerge à peine, alors que des modèles ont été réalisés il y a une centaine d’années…

      Au final, pour en revenir au sujet d’origine, je pense qu’il est important d’expliquer à l’enfant la différence réel/irréel, et de lui montrer les discours sous-jacents des jeux qui aujourd’hui comme hier, sont politiques, pour la plupart…

      PS: Les personnes lisant ces articles seront certainement assez réfléchies pour ne pas juger ainsi, ça fait pas longtemps que je suis inscrit, et je n’ai pas vu de trolls ni de haters bidons, presque un exploit pour un site ayant les 10 000 vues!

      J'aime

  4. Merci pour ce commentaire. Ca me fait penser, au sujet des technologies d’avenir, je te conseille cette vidéo sur Marc Parent, un français, inventeur d’une éolienne produisant de l’eau ou bien de l’électricité (l’équivalent non négligeable d’un Jesus ou d’un Mahomet pour le tiers monde) : http://www.dailymotion.com/video/xfsze9_marc-parent-inventeur-france_tech

    Pourquoi ces technologies (toutes connes au demeurant) ne décollent-elles pas ? Et il y en a bien d’autres, je pense notamment à l’e-cat d’Andrea Rossi, sur la fusion froide nucléaire. Après on arrive vite aux conclusions : l’autonomie énergétique du particulier n’intéresse pas les pouvoirs publics, et encore moins les multinationales. Il n’y a pas que les USA dans le coup, c’est un phénomène qui va au delà des états nations.

    OkHacku, je salue ta démarche de dépouillement, néanmoins teintée de nostalgie envers tes anciennes consoles. Et oui c’est vrai qu’on n’a pas vu beaucoup de trolls dans le coin (c’est peut être parce que, dans le genre réac, je fais déjà office de pénible de service) !

    J'aime

  5. Pas de troll ? Mais voici un octoblog à l’image de la qualité de son lectorat dirais-je 😉 Merci pour les comm’ cela poursuit (et comment !) le débat ouvert par les articles, et avec quel plaisir !

    J'aime

  6. Belle réflexion profonde sur la finalité de ce nouveau mode d’expression et de passe temps qu’est Minecraft même si on aurait voulu en apprendre plus sur l’expérience de jeu que tu as pu observer chez ta progéniture 🙂

    Mais on comprend bien tes réticences devant ce monde qui est à deux doigts du MMO potentiellement gouffre sans fin pour tes chers têtes blondes ^^

    Bel éclairage de OkHacku qui amène une vision moins flippante et peut être plus juste de cet univers en tant que pratiquant plutôt qu’observateur

    Aimé par 2 people

    1. OkHacku est un utilisateur chevronné, d’où son éclairage, tandis que moi, je reste en simple spectateur… Mais disons que la progéniture s’est effectivement lassée du jeu au bout de deux semaines : c’est dans son tempérament de consommer à court terme, tempérament difficile à recadrer d’ailleurs, mais le contraire (montrer de la persévérance, qui n’est pas son fort : il a mis 5 ans à finir Mario Kart Wii) m’aurait étonné étant donnée l’absence de but clairement identifié de ce jeu. Depuis la réinstall de Windows 8, il n’a pas réclamé la réinstallation de Minecraft – on a certainement paumé les identifiants du reste.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s