[Test#10] Metal Gear Solid Ground Zeroes : la première claque next gen !

Fraichement reçu cette semaine, le nouveau titre de Kojima production arrive dans un climat polémique. Et j’avoue ne pas trop comprendre cette polémique.  Certes, le positionnement marketing de ce prologue peut être limite tendancieux de la part de Konami.  Mais n’est-il pas dans l’air du temps ?  Nous avons tous été averti. Ce n’est pas un jeu, c’est une grosse démo.

En ce sens, quand vous achetez ce titre, vous savez à quoi vous attendre. Nous sommes des consommateurs avisés, non ?  Il appartient à chacun de faire le choix de laisser 25 euros dans une démo ou pas?

Ce qui me choque ici, c’est que sur pas mal de sites, le titre est noté comme un jeu. Beaucoup le descendent en s’offusquant du ratio prix/ temps de jeu, de la richesse du titre.

Est-il judicieux de donner une note à cette grosse démo ?  N’y a-t il pas un emballement de la presse pour contester le fait de faire payer une démo ?

J’ai l’impression que depuis l’affaire Xbox One et le repli de Micro$oft sur sa stratégie, il est de bon ton de contester, de râler, de vouloir faire plier les éditeurs qui se foutent de notre gueule, nous, joueurs-consommateurs.

Internet n’aide pas, mais je suis de plus en plus horripilé pas les commentaires sur les forums, par cette grosse cour de récré qu’est l’internet des jeux vidéo. C’est un fait, sur le net, on aime se lâcher, se troller, alors que ceux qui ont aimé et souhaitent le faire partager se font plus rares.

Big Boss aussi est désabusé par la puissance de bâchage d’internet.

Et au milieu de ce lynchage en règle, que vaut le titre réellement ?

Je me suis bien entendu fait mon idée sur ce nouveau Metal Gear.  Mais avant d’en parler, je souhaite revenir sur le rôle de la presse vidéoludique, que je trouve de plus en plus insignifiante. Si vous êtes curieux et que vous avez fait le tour des sites pour connaitre les avis sur le nouveau titre de Kojima, vous avez dû vous rendre compte des différences de traitement vis-à-vis du jeu.

Allez je ne vais pas y aller par quatre chemins : pour moi les sites de jeux vidéo ne servent plus de référentiel pour l’acquisition d’un jeu, ou du moins pour les gamers avisés que nous sommes. Je pense sincèrement que chaque site à une ligne éditoriale qu’il se doit de respecter.

Je vais prendre l’exemple le plus flagrant pour moi : le site Gamekult.  La ligne éditoriale du site qui se veut incorruptible, est d’être sévère sur les notes. Metal Gear s’est pris un 5/10,  et ce qui ressort le plus c’est le manque de quantité. Quand vous regardez Gamekult l’émission, le jugement des jeux est souvent tourné à l’ironie par des mecs qui laissent passer un vrai sentiment de blazitude.  Pourtant je respecte ces journalistes, mais ce traitement volontaire (ou pas) me semble orienté pour la clientèle du site.  « on respecte la ligne éditoriale ».

Chez Gamekult, nous on casse !

Bref tout çà pour dire que finalement à l’âge que nous avons, joueurs trentenaires, nous ne devrions plus regarder ces fameux tests qui ont accompagné notre enfance de gamer. Car gamin, nous n’avions pas le sens critique aiguisé. Et comme nous avons grandi, je pense que la critique devrait évoluer en ce sens. Nous n’avons plus besoin d’avoir un test dit « technique ». Combien de mode de jeu, combien d’heures de jeu, souplesse de la jouabilité, beauté des graphismes et le sacro-saint Rapport qualité/ prix !! Peut-être y attachais-je de l’importance avant. Mais à mon âge, c’est plus le ressenti manette en main.

Tout comme un film ou un album aujourd’hui, nous devons nous faire notre opinion sur le « produit ». Je pense que le jeu vidéo a besoin de grandir un peu. Notamment dans son approche critique. Notre média favori propose dorénavant avec la technologie, une formidable immersion. Le média devient progressivement porteur d’émotions, de frissons, de joies, de plaisir. Et ceci par le biais de l’immersion de plus en plus réelle. Autant les effets spéciaux au ciné rendent les cascades ou les mondes imaginaires ultra-crédibles, autant dans le jeu vidéo, la technologie nous plonge encore plus dans son environnement. L’immersion et les émotions s’en trouvent décuplées.

Et si l’avenir du jeu vidéo était là,  plutôt que l’aspect hyper cloisonné du « claque technique / temps de jeu ». Chacun a son propre ressenti, ses propres émotions.  Ai-je envie de payer 25 euros pour un jeu-démo ?

Pour ma part, cela ne me pose pas de problème. Est-ce j’en ai pour mon argent ? Peu m’importe, ça me permettra de me faire une idée du futur Phantom Pain. Déjà, ce ground zeroes nous met la première claque Next Gen.  Les effets de lumières, la qualité des textures, tout est ultra propre.

Punaise les textures, les jeux d’ombres

Si nous continuons à parler technique, le gameplay s’est considérablement assoupli. Chacun se fera son opinion, mais à mon sens il s’agit de la meilleure infiltration actuelle.

Mais Metal Gear c’est aussi une histoire. Pour être dans le bain de suite, il vaut mieux avoir fait l’excellent Peace Walker.

J’ai eu les frissons dès le départ, la mise en scène est magique. Le choix de Kojima de tout faire en un seul plan séquence est magistral. C’est bluffant. Seul le jeu vidéo permet cela aujourd’hui.

L’intro du jeu connu pour être le premier trailer du titre est magistrale. La musique, la nouvelle voix de Snake : excellent choix que Kiefer Sutherland. Kojima cherche à se rapprocher du cinéma, raconter une histoire forte avec la technique que propose le jeu vidéo d’aujourd’hui.

un choix judicieux

Le choix du sujet également. Sans rien révéler, Kojima n’hésite pas à parler de sujet grave, horrible. Toujours dans la droite lignée de sa série militaire, mais qui pose le questionnement sur les horreurs et l’utilité de la guerre.

La qualité de la narration de Kojima est toujours là. Les cinématiques sont présentes, mais personnellement, ça ne m’a jamais gêné dans un Metal Gear tellement le propos est dense et intéressant.  Notre média sert aussi à raconter une histoire, il ne faut pas l’oublier. Si vous voulez du jeu et uniquement cela, tournez vous vers Titan Fall.

Bref, sans rentrer dans le débat autour jeu, le titre m’a convaincu.

J’attendais énormément un nouveau Metal Gear, et franchement, Phantom Pain est devenu grâce à Ground Zeroes le titre que j’attends le plus. Pour moi, il représente aussi la voie que doit prendre le jeu vidéo pour être reconnu comme un art. Je pense que Kojima peut l’y aider.

Ne rentrez pas dans la polémique, en tant que joueur adulte : faites-vous votre propre avis !

Publicités

3 réflexions sur “ [Test#10] Metal Gear Solid Ground Zeroes : la première claque next gen ! ”

  1. Je viens de le prendre en solde sur steam (faute d’une ps4) à 4,99€ ! Franchement la magie opère directe ! Un film jeux vidéo comme seul Kojima peut le faire ! Hâte de voir le jeu avec mon édition collector en septembre !

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette mise au point sur le trollisme exacerbé et je dirais même écervelé qui secoue la galaxie internet au moindre sujet sortant de l’ordinaire…
    Même sur le fait que le jeu est une grosse demo il y aurait a redire je trouve m’enfin pas de polémique 😉
    Par contre l’image censée illustrer au mieux la magnificence du jeu est vraiment d’une piètre qualité :s

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s